Autour du lac Léman : Les plus belles randonnées PDF

Selon une information parue dans Le Nouvelliste du 21. Actuellement, sur autour du lac Léman : Les plus belles randonnées PDF 8000 kilomètres de chemins balisés en Valais, une cinquantaine peut être empruntée par des personnes à mobilité réduite.


La périphérie du plus grand lac d’Europe occidentale regorge de sites de randonnée exceptionnels où l’herbe, le calcaire, l’eau et la glace s’allient dans une douce harmonie. La visite vous en est proposée en suivant le sens des aiguilles d’une montre autour du Léman. La sélection d’itinéraires propose d’explorer successivement le Genevois, le Jura français, le Jura suisse, le pays de Vaud, la Riviera vaudoise, les Préalpes fribourgoises et vaudoises, le Chablais suisse, les Hautes Alpes calcaires, le Chablais français et le Salève. Tous ces territoires de randonnée possèdent en commun la proximité du lac et permettent de le contempler. On trouvera aussi aisément une balade champêtre qu’un circuit vertigineux, un parcours dans les vignes qu’un grand sommet, une virée familiale qu’une randonnée alpine.

Comme le rapporte l’article de RhôneFM du 26. Mais c’est un symbole fort qui, à l’instar de tout accès publique et comme le rappelle Georgie Lamon, président de la commission cantonale, est également une condition fondamentale du développement de la vie sociale des personnes handicapées. En collaboration avec Swiss Tourisme, la Coop a publié un supplément « loisirs » à son journal Coopération, intitulé « Les 100 plus belles balades ». Ce document recèle de suggestions touristiques intéressantes dont certaines sont indiquées comme accessibles aux personnes handicapées. Comme disais le sage Confucius, « si t’y a rien compris à rien et que tu sais pas, abrège et passe ton chemin ! Enfin, je crois qu’il disait ça mais tout à coup je ne suis plus trop sûr.

On connaissait les bases de données de WC adaptés pour smartphone, les systèmes GPS vocaux avec touches imposantes et repères tactiles pour malvoyants, voilà que l’EPFL planche sur la réalisation d’un GPS pour fauteuil roulant. Ou qu’un tétraplégique ayant pris l’autoroute pour rentrer chez lui aurait un doute sur le chemin à suivre. Bon, disons franchement, peut-être d’un utilité modérée mais non tout à fait nulle selon nous. En effet, les GPS performant actuel disposent d’une fonction destinée aux promeneurs et piéton afin de les guider durant leurs trajets mais leurs bases de données ne différencient pas les chemins praticables des autres.

Est-ce que d’intégrer des GPS dans les fauteuils et créer un marché GPS pour fauteuil roulant ferait changer les choses ? Si la proposition de Julien Massit, étudiant en transport de l’EPFL, de permettre aux personnes en fauteuil roulant de se faufiler entre les innombrables obstacles des rues lausannoises, semble intéressante, elle pose aussi de nombreuses questions ? Que faut-il préférer : Créer une base de données des lieux mal-adaptés ou travailler à les adapter comme le voudraient les lois fédérales LHand-OHand ? L’idée est plus amusante et utile à courtes échéances que vraiment d’une grande utilité comme le cas des GPS vocaux pour malvoyants qui, eux, auront toujours besoin de guide, que les lois contre les discriminations soient respectées et les accès fournis ou pas. N’oublions pas, même si la chose devient de plus en en plus illusoire à mesure que le temps passe, que lesdites lois fédérales laissent jusqu’en 2014 pour que tous les lieux et chemins soient adaptés.