Béziers, les rues racontent PDF

En raison de béziers, les rues racontent PDF’accès limité au réseau Internet, le projet avance lentement. 1980, toutefois, la communauté bénéficie d’un accès régulier à Internet, et le rythme de croissance des publications s’accélère. Parallèlement, en 1978, le Conseil des Arts du Canada créé Canadiana, un organisme sans but lucratif visant la préservation du patrimoine canadien et à sa mise en ligne. En 1993, John Mark Ockerbloom crée Online Books Page.


Comme les hommes et les femmes, les rues des villes ont un nom. Elles ont aussi une mémoire et bien des choses à raconter à qui sait se mettre à leur écoute… C’est ce qu’a fait Yves Rouquette, qui nous emmène, à travers elles, à la découverte du Béziers passé et présent, et de ses habitants : chasseurs et éleveurs préhistoriques. Romains et Wisigoths, cathares et inquisiteurs, marchands et artisans, caritadiers des fêtes de l’Ascension et grands bourgeois du vin, figures légendaires ou célébrités nationales, tels saint Aphrodise, Paul Riquet ou Jean Moulin… revivent ainsi entre places et carrefours. Avec eux, et dans une langue directe et drue se dessine l’histoire populaire et documentée d’une ville qui, depuis l’Antiquité n’a jamais cessé de renaître. Pour plus d’agrément, l’auteur suggère d’aller lire chacun de ses chapitres sur un lieu différent : bistrot, jardin, monument, musée… propice à la rêverie et à l’évocation que suscitent le texte et les illustrations : mais il nous invite aussi à le suivre dans une promenade sur les lieux évoqués. Un livre original et pratique, pour voir Béziers autrement, riche de plus de cent trente documents iconographiques en couleurs : photos, dessins, peintures, cartes, etc.

Contrairement au projet Gutenberg, ce projet cherche à répertorier et réunir différents textes numériques anglophones déjà publiés, au sein d’un point d’accès unique. En 1995, Jeff Bezos crée Amazon. La presse, dans son sens large, commence alors à se mettre en ligne. De son côté, Brewster Khale fonde Internet Archive. En 1997, la Bibliothèque nationale de France crée Gallica. En 2000, le logiciel de lecture Mobipocket est créé. Le Gemstar ebook devient alors la première tablette de lecture numérique officielle.

En 2001, Adobe Flash Player lance son premier logiciel gratuit qui permet la lecture de fichiers numériques. L’année 2001 marque enfin la création du premier smartphone. En 2004, la compagnie Sony produit sa propre tablette. En 2007, Amazon commercialise Amazon Kindle, ou Kindle, qui permet à l’entreprise de se spécialiser dans la lecture numérique, alors qu’elle se concentrait jusque là sur l’édition numérique. 2008, la qualité de lecture sur l’écran des liseuses s’améliore considérablement. De nombreux éditeurs commencent dès lors à distribuer, sous format électronique, des livres tombés dans le domaine public.

Au même moment, pour une question de coûts et de rentabilité, certains éditeurs commencent à publier leurs auteurs de cette manière. Cet usage est toutefois fautif puisque, comme sa définition l’indique, le livre numérique est un fichier numérique et non l’appareil électronique qui permet de le consulter. C’est la  transposition à l’identique d’un livre papier en version numérique . Le livre numérique homothétique respecte les limitations physiques du livre malgré l’absence de ces limitations dans un environnement numérique.