Campagne et bataille de Waterloo PDF

Articles principaux : Événements militaires des Cent-Jours et Guerres napoléoniennes. La bataille de Waterloo, campagne et bataille de Waterloo PDF 18 juin 1815, par Clément-Auguste Andrieux, 1852.


Campagne et bataille de Waterloo…
Date de l’édition originale : 1852

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

La campagne de Belgique de 1815 est la dernière des guerres napoléoniennes et marque la fin définitive de l’ère napoléonienne. Cette campagne n’a duré que trois jours pour Napoléon mais s’est prolongée jusqu’au 20 juin pour l’armée française avec la retraite de Grouchy vers le territoire français. Au début de l’année 1815, l’Europe a sa première période de paix complète depuis l’année 1805. Immédiatement après le débarquement, les souverains de l’Europe tout entière se coalisent contre la France : les 165 000 soldats des armées russes passent le Niémen en mars 1815, les 300 000 Autrichiens et convergent vers le Rhin et l’Italie. En France, Napoléon entre triomphalement à Paris à la fin du mois de mars 1815, réorganise l’armée et apprend que le roi Louis XVIII s’est réfugié en Belgique, qui est le point de concentration des armées ennemies capables d’envahir la France le plus rapidement possible. Le corps de bataille de l’Empereur est constitué par l’Armée du Nord. 2 et 3 noir, sur la droite : Les deux corps prussiens de Thielman et Bülow arrivent de Namur.

5 et 6 bleu : Napoléon se rabat sur les Quatre-Bras et Waterloo. 7: Les 3 corps prussiens qui ont échappé à Grouchy attaquent Napoléon sur son flanc droit en passant par Plancenoit. Le lendemain, Grouchy bat Thielman à Wavre. La route de Bruxelles lui est ouverte. Grouchy décide de ne pas exploiter et retraite à marche forcée sur Paris où, poursuivi par les Alliés, il arrivera le premier sans avoir perdu un homme. Cavalerie hollando-belge pendant la campagne de 1815, d’après Richard Knötel.

Le 15 juin 1815, Napoléon envahit la Belgique avec 124 000 hommes et surprend ainsi Wellington et Blücher. Charleroi a été pris et la route de Charleroi est aussi prise. Ney est arrivé en début de matinée et a pris le commandement de l’aile gauche. Articles détaillés : Bataille de Ligny et Bataille des Quatre Bras.

Le 17 juin 1815, Napoléon manque l’occasion d’anéantir l’armée anglo-hollandaise de Wellington, il donne par contre le commandement complet de l’aile droite à Grouchy et lui indique de poursuivre les Prussiens qui ont été vaincus la veille. Grouchy dispose, pour réussir cet objectif, de 108 canons et de 34 000 hommes. Articles détaillés : Bataille de Waterloo et Combats de Plancenoit. Blücher et le Duc de Wellington à la veille de la bataille de Waterloo. Le 18 juin 1815, Napoléon prend position en face du mont Saint-Jean avec une supériorité numérique sur l’armée anglo-hollandaise de Wellington en canons, en infanterie et en cavaliers.