Chirurgie des aliénés : recueil de travaux. Tome 7 PDF

Il commence ses études médicales à Toulouse pour être reçu docteur en 1773. Il va à Montpellier en 1774 pour suivre les cours chirurgie des aliénés : recueil de travaux. Tome 7 PDF Paul-Joseph Barthez et arrive à Paris en 1778.


Chirurgie des aliénés : recueil de travaux. Tome 7 / publiés sous la direction de Lucien Picqué,… et Jules Dagonet,…
Date de l’édition originale : 1901-1914

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Pinel délivrant les aliénés à Bicêtre en 1793. Tableau de Charles Louis Müller, Académie nationale de médecine. Pinel délivrant les aliénés à la Salpêtrière en 1795. D’abord engagé dans le mouvement révolutionnaire de 1789, il prend ses distances avec l’arrivée de la Terreur. En 1795, Pinel est nommé médecin-chef de la Salpêtrière où il applique les mêmes réformes qu’à Bicêtre.

Il commence alors à réformer l’organisation de l’hôpital. En 1798, il écrit une Nosographie philosophique, qui est une classification des maladies mentales, appelées à l’époque vésanies. En 1801, il rédige un Traité médico-philosophique sur l’aliénation mentale. Pour Pinel, les troubles mentaux sont dus à des atteintes physiologiques provoquées par les émotions. L’aliéné est un sujet et il convient de prendre en compte son passé et ses difficultés pour la mise en place d’une thérapeutique. Il est élu membre de l’Académie des sciences en 1803. En 1820, c’est Jean-Étienne Esquirol qui lui succède à la Salpêtrière.

Pinel supprima les saignées et les médications inutiles qui ne faisaient qu’affaiblir les aliénés. Il pensait qu’on pouvait guérir les fous avec des paroles encourageantes et, dans les cas de délires, un raisonnement habile devait réduire l’idée dominante. Il demeure légitime de voir en lui le père de la médecine mentale, future psychiatrie. Selon lui, le médecin devait comprendre la logique du délire de son patient, puis s’appuyer sur le reste de raison demeurant chez tout aliéné pour le forcer peu à peu à reconnaitre ses erreurs, en usant du dialogue mais aussi, au besoin, de son autorité.

On a beaucoup discuté du sens du traitement moral. L’Empire accorda à Pinel de grands honneurs, que la Restauration lui retira plus tard. Ses idées, reprises par Esquirol, donneront naissance à la réglementation psychiatrique de 1838, restée en vigueur jusqu’en 1990. Il est le grand-oncle de Marie-Adélaïde Pinel, la mère du physicien Paul Langevin, ainsi que du soldat Louis Pinel, émigré en Chine et devenu général à la fin du dix-neuvième siècle, qui s’est marié là-bas et a eu des enfants avec une chinoise. En 1777, il lit avec succès l’un de ses mémoires de zoologie à la Société royale de Montpellier. En 1792, il est notamment l’auteur du genre Martes. Les sections  Anecdotes ,  Autres détails ,  Le saviez-vous ?

Philippe Pinel serait, à son corps défendant, à l’origine d’une célèbre erreur typographique. Cette malencontreuse correction est d’autant plus cruelle que cet homme est l’un des pionniers de l’humanisation des établissements psychiatriques. Statue de Pinel devant la Salpêtrière. Résultats d’observations pour servir de base aux rapports juridiques. Genèse de la psychiatrie : les premiers écrits psychiatriques de Philippe Pinel, éd. Huguet, Les professeurs de la faculté de médecine de Paris.

Biographie de Pussin, site des Hôpitaux de Saint-Maurice. Pages 7-8 dans René Sémelaigne, Philippe Pinel et son œuvre. Au point de vue de la santé mentale, éditions L’Harmattan, 2001. Manuel pratique et bibliographique du correcteur, A. Georges Cuvier, Éloge historique de M. Pinel, dans Mémoires de l’Académie des sciences de l’Institut de France, Gauthier-Villars, Paris, 1830, tome 9, p.