Divorce : Séparations de corps et de fait PDF

Le divorce est la rupture officielle d’un mariage civil ou religieux liant précédemment deux personnes ou plusieurs en cas de polygamie. Divorce : Séparations de corps et de fait PDF Grèce antique, le divorce existe sous des formes diverses suivant les cités.


La loi du 26 mai 2004, entrée en vigueur le 1er janvier 2005, a défini et organisé un nouveau droit du divorce. Au terme de cette première année de pratique, les objectifs assignés par le législateur, favoriser les accords à tout moment, simplifier et unifier les procédures, dédramatiser les choses et parvenir à un règlement définitif dès le prononcé du divorce, sont atteints : la durée des procédures, tous divorces confondus, s’est notablement réduite. Ainsi pour un divorce par consentement mutuel, on divorce aujourd’hui en 4 mois, contre 9 mois auparavant. Le divorce pour faute est largement moins utilisé et le mécanisme de la passerelle a prouvé toute son utilité. C’est donc un droit moins conflictuel, moins procédurier et davantage adapté aux réalités d’une société où le divorce concerne un couple sur trois que vous décrit cet ouvrage. Il commence par répondre à la question du choix du divorce, avant de décrire les procédures qui seront suivies et les conséquences de la séparation sur le couple, son patrimoine et ses enfants. Des développements particuliers sont également consacrés à la séparation des couples non-mariés. A l’aide d’exemples concrets, de conseils pratiques et de modèles, il apporte une réponse claire et adaptée aux nombreuses questions pour trouver des solutions, prévenir les difficultés ou les régler lorsqu’elles se posent.

Quand il est demandé par le mari, il prend la forme d’une répudiation : il suffit au mari de renvoyer sa femme du domicile conjugal, sans qu’il lui soit besoin de se justifier. Le mariage ayant pour but de perpétuer la lignée masculine, les enfants restent sous la garde de leur père après le divorce. La disposition la plus importante concerne la dot, restituée à l’ex-épouse. Celle-ci n’a cependant jamais droit à une quelconque part des biens du ménage. Chez les Romains, le divorce a été pratiqué.

Au début, le droit de divorcer était réservé aux hommes, mais très rapidement les femmes obtiennent ce droit. Le mariage qui était dans un premier temps un rituel religieux et social se désacralise comme le reste de la société romaine. Il était codifié dans le droit. Article détaillé : mariage en Rome antique. Au début du Moyen Âge, le mariage n’est pas consacré et les contrats écrits tombent en désuétude.

Le mariage ne permet que de sceller des alliances. L’Église catholique romaine n’est guère favorable au divorce et, considère le mariage comme indissoluble. L’une tend à considérer que le mariage ne peut être rompu dans aucun cas, position s’appuyant en particulier sur saint Augustin. L’autre réserve le divorce au cas d’adultère de la part de l’épouse.