Droit administratif DEUG droit 2e année, 1999-2000 PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Depuis 2002, la licence est un des quatre grades de l’Enseignement supérieur français. Le grade de licence existe en France depuis le Moyen Âge. Ce grade est né du droit administratif DEUG droit 2e année, 1999-2000 PDF entre Abélard et Saint Bernard de Clairvaux : le premier professait des idées qui paraissaient totalement hérétiques pour le second.


En 2002, la réforme LMD redéfinit les notions de grades et de titres universitaires par rapport aux références européennes. En 2014, un cahier des charges définit les critères devant être pris en compte lors de l’examen d’une demande visant à ce qu’un diplôme confère le grade universitaire de licence ou de master. Avant 1966, il existait trois licences différentes, la licence ès sciences, la licence ès lettres et la licence en droit. Selon l’article 23 du décret du 17 mars 1808 fixe le fonctionnement de l’Université,  pour être reçu licencié dans la faculté des sciences, on répondra sur la statique et sur le calcul différentiel et intégral . Selon l’arrêté du 5 juin 1840, il y aura chaque année pour l’obtention de la licence dans les facultés des sciences deux sessions d’examen qui devront commencer soit dans le premier mois de l’année scolaire, soit dans le dernier mois de la même année, soit dans la première semaine du second semestre. Paris il pourra y avoir trois sessions aux dates indiquées. L’examen pour le grade de licencié est ainsi divisé en deux parties, qui sont passées sous des commissions différentes, à quinze jours d’intervalle au plus.

D’autre part la minéralogie est transférée des sciences naturelles aux sciences physiques. Un programme précis des connaissances pour les licences ès sciences mathématiques, ès sciences physiques et ès sciences naturelles est publié. Quatre ans plus tard, sous le second Empire, le décret du 10 avril 1852 d’Hippolyte Fortoul introduit la « bifurcation » dans le régime des études au lycée. Le décret du 15 juillet 1877 modifie certaines dispositions du règlement de 1853. Il était assez facile de passer en deux ans, et deux en trois ans. Le décret du 22 janvier 1896 réforme en profondeur la structure de la licence ès sciences en créant le système des certificats d’études supérieures.

Gaston Darboux explique les raisons et les bénéfices de ce nouveau système dans sa présentation au Conseil supérieur de l’Instruction publique du rapport sur les projets de décrets relatifs à la licence ès sciences. Le nouveau décret institue des certificats d’études supérieures pour l’ensemble des matières enseignées dans une faculté des sciences donnée. Les examens pour chaque certificat comprennent trois épreuves, une épreuve écrite, une épreuve pratique et une épreuve orale, les deux premières étant éliminatoires. Le jury se compose d’au moins trois membres, les notes d’interrogations et de travaux pratiques obtenues par le candidat au cours de l’année lui étant communiquées.

Les candidats admis à un certificat se voient attribuer une des notes suivantes, très bien, bien, assez bien, passable. Astronomie, ou une autre matière de l’ordre des sciences mathématiques. Minéralogie, ou une autre matière de l’ordre des sciences mathématiques, physiques ou naturelles. Physique générale ou un certificat de l’ordre des sciences mathématiques, à l’exclusion des certificats de mathématiques préparatoires à l’étude des sciences physiques. Minéralogie, ou une autre matière de l’ordre des sciences mathématiques, physiques ou naturelles, y compris le certificat d’études supérieures de mathématiques préparatoires à l’étude des sciences physiques et le certificat d’études physiques, chimiques et naturelles. Pour la candidature aux concours d’agrégation, la possession de deux licences dans l’ancien système laisse place à une licence à quatre certificats, le quatrième certificat concernant une matière d’une autre discipline que celle du concours d’agrégation considéré. Physique générale ou chimie générale ou un certificat mentionnant que le candidat a subi avec succès les épreuves de physique et de chimie comprise dans le programme du certificat d’études physiques, chimiques et naturelles.

Ces groupements visent en particulier à « offrir les garanties particulières de culture scientifique, si nécessaires que si on ne les puisait pas dans l’examen de la licence soutenu dans les conditions , les facultés se trouveraient rapidement conduites à accroître l’importance et le nombre des questions accessoires, portant sur des sujets connus, qu’elles proposent aux candidats au doctorat. I – MESURES ABSOLUES Systèmes C. THÉORIE GÉNÉRALE DU MOUVEMENT VIBRATOIRE Étude du mouvement vibratoire. LASTICITÉ ET ACOUSTIQUE Notions générales sur l’élasticité.

Différents modes de vibration des corps : vibrations longitudinales et transversales. Polariseurs et analyseurs Interférence de la lumière polarisée. Polarisation chromatique dans les lames minces cristallisées. Application des principes de la thermodynamique. Densité des gaz et des vapeurs. Définitions de l’inclinaison et de la déclinaison.