Eléments de psychanalyse PDF

Accueil – Ma bibliotheque – Lexique – Liens utiles – Qui suis-je? La démence sémantique est caractérisée par une amnésie sémantique progressive avec conservation pendant longtemps de la mémoire épisodique. Elle se présente sous la forme d’une aphasie fluente : le patient présente des difficultés à trouver eléments de psychanalyse PDF mots et a perdu la compréhension des mots.


Comment la pensée progresse-t-elle ? Et comment l’exigence d’abstraction qui définit la croissance positive de la pensée peut-elle s’appliquer au propre appareil théorique de l’analyste ? Cette double interrogation métapsychologique et épistémologique, formulée et développée une première fois dans le cadre d’une théorie des fonctions de la personnalité (Aux sources de l’expérience), est ici reprise et approfondie au moyen d’une taxonomie des pensées. Eléments de la psychanalyse introduit un système d’enregistrement de l’expérience clinique susceptible d’accroître la capacité d’attention et de notation de l’analyste : la  » grille  » forme un dispositif permettant de déterminer le rôle et le statut des pensées exprimées dans le cours de la séance. L’abstraction même de ce système d’enregistrement en fait un mode universel de communication, capable de représenter l’ensemble des situations et des théories psychanalytiques par la seule combinaison des différents éléments de la grille. L’expérience concrète peut ensuite être reprise dans des formes plus narratives et descriptives, telles que le mythe et le modèle. C’est ce double mouvement d’abstraction et de concrétisation de la pensée et de la théorie que Bion nous invite à suivre ici.

Des modifications du comportement et de la personnalité : égocentrisme, diminution du répertoire comportemental, impression que le patient est  dans son mode . Une évolution plus ou moins rapide se fait vers un tableau démentiel de type non Alzheimer. Préservation de la répétition mais pas de la lecture ni de l’écriture de mots irréguliers. Accueil – Ma bibliotheque – Lexique – Liens utiles – Qui suis-je? Autrefois dénommée la maladie de Pick. On observe une démence frontale pour dix Maladie d’Alzheimer.

Elle se distingue de la maladie d’Alzheimer au début de la pathologie. La démence frontale se caractérise par une présentation très psychiatrique, une sociopathie. Apathie : elle se traduit par une réduction d’activité, un désintérêt vis-à-vis des occupations habituelles, professionnelles, familiales ou sociales, une négligence physique. Des modifications affectives sont habituelles parmi lesquelles domine l émoussement affectif : les affects sont superficiels, variables. Les stéréotypies comportementales peuvent évoquer un trouble obsessionnel compulsif, mais il n’existe ni anxiété avant le comportement ni soulagement après. Ils peuvent passer pour des dépressifs ou au contraire être très contents d’eux-mêmes.

Les troubles du comportement social sont précoces et beaucoup plus évocateurs que l’apathie. Des modifications du self peuvent être notées : modifications de l’habillement et de l’apparence physique, des croyances politiques ou religieuses, du style de personnalité ressenti par les autres. Parfois, phase d’agressivité et de violence pouvant conduire à l’hospitalisation en milieu psychiatrique. Plus tardivement, des troubles du comportement sphinctérien et des hallucinations sont possibles. DFT, il y a une perte de la mémoire des concepts, perte que l’on ne retrouve pas dans la maladie d’Alzheimer. Le diagnostic différentiel d’avec la dépression peut être particulièrement difficile soi du fait de l’absence de perturbations de type frontal à l’examen neuropsychologique ou à l’imagerie devant un tableau d’apparence psychiatrique soit, à l’inverse, du fait de la présence d’anomalies frontales dans certaines dépressions authentiques. Mais ces troubles peuvent être d’apparition tardive par rapport aux troubles du comportement.

SPECT : hypo perfusion fronto-temporale qui peut elle se retrouver dans la maladie d’Alzheimer. L’évolution se fait inéluctablement vers l’aggravation. Il existe bien des traitements symptomatiques mais qui ne sont pas curatifs. On essaye de prendre en charge les troubles du comportement, surtout l’agressivité qui n’a aucune cause apparente mais qui fait partie de la maladie. Sclérose latérale amyotrophique : affection dégénérative des cellules des cornes antérieures de la moelle épinière, de cause inconnue, apparaissant à l’âge adulte et se traduisant pas des atrophies musculaires progressives des membres supérieures qui affectent d’abord les petits muscles de la main pour aboutir à une atteinte du bulbe entrainant la mort. Je n arrive pas à savoir ce qu un patient récent psychologiquement qu en il est atteind de la démence de steel richarson . On lis tout les symptômes mais ça n explique pas le desaroie du malade .