Encyclopédie du cheval PDF

Une scolarité courte, de 1842 à 1848, à l’école communale de Charmes fait qu’il encyclopédie du cheval PDF mal sa langue maternelle qu’il écrit phonétiquement. Sa mère décède le 21 avril 1847. Après l’obtention de son certificat d’études primaires, il devient à l’âge de treize ans apprenti boulanger.


L’Encyclopédie du cheval est un guide indispensable et pratique sur tous les aspects du monde équestre. Il rassemble des informations sur l’évolution du cheval, son anatomie et son langage corporel, les principales races, les soins quotidiens, les différentes disciplines équestres, les compétitions et les diverses utilisations du cheval. Le texte est accompagné de superbes photographies en couleur et d’illustrations, qui apportent des informations claires et précises. Ce guide, qui s’adresse à tous, réjouira les débutants comme les cavaliers confirmés.

Le 20 mai 1858, il se marie avec Rosalie Revol, lingère, avec qui il aura deux enfants. Il s’engage comme ouvrier agricole, métier qu’il abandonne à la naissance de son second fils. Le courrier n’arrive à Hauterives qu’à 11 heures du matin. Le facteur qui nous dessert est obligé avant de partir de desservir le village d’Hauterives et ensuite de desservir les quartiers de cette commune qui se trouvent sur son parcours.

Malgré sa bonne volonté il ne peut arriver à notre village qu’à une heure souvent deux de l’après-midi. Pour aller de la boite aux quartiers des Débris et des Nivons, ce qui lui arrive souvent, il a encore une distance de 5 à 6 kilomètres. En 1879, une pierre le fait chuter sur le chemin de sa tournée et le fait transposer son rêve dans la réalité. Un jour du mois d’avril en 1879, en faisant ma tournée de facteur rural, à un quart de lieue avant d’arriver à Tersanne, je marchais très vite lorsque mon pied accrocha quelque chose qui m’envoya rouler quelques mètres plus loin, je voulus en connaitre la cause. Pour son voisinage, le Facteur Cheval devient alors un être étrange, un  pauvre fou  qui durant sa tournée met des pierres en tas, revient le soir les chercher en s’aidant de sa brouette, pour en remplir son jardin. Il commence la construction de son monument qu’il n’appelle pas encore Palais Idéal en 1879. En 1894, le décès de sa fille de 15 ans l’affecte profondément.