Entre épopée et légende : Les quatre fils Aymon ou Renaut de Montauban, numéro 2 PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Cheval brun-rouge aux crins noirs et au bas des jambes de la même couleur, vu de profil, et entre épopée et légende : Les quatre fils Aymon ou Renaut de Montauban, numéro 2 PDF par une cavalière. Selon Marc-André Wagner, le nom de  Bayard  est issu d’un mot latin pour désigner la robe baie du cheval, d’un brun proche du rouge, comme chez celui-ci.


Bien que le nom le plus couramment rencontré soit  Bayard , la forme  Bayart , plus ancienne, semble également plus exacte. Le  d  final apparaît au fil des adaptations du texte. L’usage du nom commun s’est perdu au fil du temps et  lorsque, familièrement, un paysan dit  bayard  pour un cheval, c’est au cheval légendaire qu’il pense et non plus à bai l’adjectif de couleur dont, dans les dialectes, bayard est dérivé ! Quelques confusions existent entre le Bayard de la légende des Quatre Fils Aymon et d’autres chevaux du folklore populaire, probablement à cause du nom commun pour le cheval bai. Il est connu grâce aux nombreux textes qui les retranscrivent. Le cheval Bayard y tient une fonction adjuvante et appartient à Renaud.

Gravure montrant la fuite des quatre fils Aymon sur Bayard depuis Paris, extraite d’un incunable lyonnais. La fuite des quatre fils Aymon sur Bayard depuis Paris, d’après un incunable lyonnais. Le cheval joue toujours un rôle presque aussi important que son cavalier. L’attachement de Renaud pour son cheval est plus d’une fois mis en avant dans la chanson, à travers des phrases comme  Hé Baiart bons chevaux que ne savés parler ? Aymon de Dordonne vient à Paris un jour de Pentecôte pour présenter ses quatre fils, Renaud, Aalard, Guichard et Richard, à son suzerain Charlemagne. Mais Renaud se querelle aux échecs avec un neveu du roi, Bertolai, et le tue sur un coup de colère. Manuscrit médiéval en couleur de Loyset Liédet montrant l’arrivée des quatre fils Aymon à Dordonne, montés sur le cheval Bayard, après leur exil dans la forêt.

L’arrivée des quatre fils Aymon à Dordonne, montés sur le cheval Bayard, après leur exil dans la forêt. Tous les quatre se réfugient dans les Ardennes, leur pays natal, grâce au cheval Bayard qui franchit des vallées d’un seul bond et galope plus vite qu’aucun autre. Affamés, ils rentrent chez leur mère au château de Dordonne, mais leur père, de retour, les chasse à nouveau en raison de sa vassalité envers Charlemagne. Montauban, Renaud et ses frères sont rattrapés par l’armée de Charlemagne une fois de plus, et trahis par le roi Yon qui leur ordonne de se rendre désarmés à Vaucouleurs. Ils affrontent toute une armée, épreuve dont ils se tirent grâce à l’arrivée providentielle de Maugis chevauchant Bayard. Les quatre frères se lassent de la querelle.

Roland sert d’intermédiaire entre Renaud et Charlemagne. Ou il iert endormis si com traveilliés hom. Renaud d’un si fort coup qu’il le brise de haut en bas. Le chevalier peut alors secourir son frère. Bien plus tard, Renaud et ses frères sont réduits à la fuite et à la famine lors du siège de Montauban : leurs montures sont toutes tuées pour leur viande, à l’exception de Bayard. Après avoir envisagé de le manger, ils renoncent à l’idée de le saigner entre les murs du château car le cheval-fée est épuisé.

Photo en couleur du fleuve de la Meuse, dans lequel Bayard aurait été jeté selon les versions plus tardives des textes, et la croyance populaire moderne. La Meuse, fleuve dans lequel Bayard aurait été jeté selon les versions plus tardives des textes, et la croyance populaire moderne. Charlemagne est contraint par Roland et ses barons de proposer une véritable offre de paix en échange de laquelle Renaud doit s’engager à partir en pèlerinage en Palestine et à lui livrer Bayard, qui l’a toujours aidé à se tirer de situations désespérées. Mais comme il regardait au loin, à un endroit où la rivière s’élargit, il voit le cheval nager avec vigueur, qui frappe la meule de ses sabots, en faisant sauter de nombreux éclats, si bien qu’il finit par la briser comme une motte de terre. Car il fa pris en l’ille entre II mers. De Faerie fu li chevaux amenés.

Il n’est si bon cheval en 40 cités. Car il fut pris en l’île de Bocan, entre deux mers. De Faerie le cheval fut amené. Morgane la fée l’a nourri très doucement.