Ernest-Antoine Seillière. Quand le capitalisme français dit son nom PDF

Depuis 2012, il est mis en examen dans une affaire de fraude fiscale instruite par le parquet national financier. 1964, il travaille trois ans au Quai d’Orsay dans le ernest-Antoine Seillière. Quand le capitalisme français dit son nom PDF bureau que Lionel Jospin. Il exerce d’abord des fonctions dirigeantes au sein du groupe familial Wendel auquel il appartient.


Il préside ainsi la CGIP, holding regroupant la fortune de la famille, rebaptisée Wendel Investissement en 2003, puis Wendel en 2007. Wendel en 1978, le groupe est sur le déclin, les derniers sites sidérurgiques ayant été nationalisés par le gouvernement de Raymond Barre. Il souhaite alors réorienter Wendel vers une transformation en fonds d’investissement à l’anglo-saxonne, alors qu’il ne possède plus que des participations financières diverses. Le 2 novembre 2015, le parquet national financier requiert le renvoi de Seillière en correctionnelle pour fraude fiscale. Ernest-Antoine Seillière prend ensuite des responsabilités au sein du monde patronal. Ernest-Antoine Seillière prend la succession du CNPF de Jean Gandois en décembre 1997, après la démission de ce dernier à l’approche de la mise en place des 35 heures par le gouvernement socialiste.

La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. Son service militaire en Algérie le sous-lieutenant Seillières de Laborde . Après le cessez le feu Christian Fouchet, proche de Charles Morazé, est nommé haut commissaire en Algérie, il fait de Seillières son chef de cabinet, cette nouvelle affectation va durer  jusqu’à la l’indépendance. Seillières travaille également avec Geoges Buis alors Colonel et directeur du cabinet militaire de Fouchet, pour la période de transition. Il est membre du club  Le Siècle .

Un trait d’humour souvent cité :  Avant on avançait dans la mauvaise direction. Dans ce livre, Ernest-Antoine Seillière dresse son analyse de la crise financière et partage sa vision de l’avenir de la France et de l’Europe, ainsi que des souvenirs plus personnels. Jean Bothorel, Ernest-Antoine Seillière : le baron de la République. Cuny, Françoise Petitdemange, Christine Cuny, Ernest-Antoine Seillière – Quand le capitalisme français dit son nom, Éditions Paroles Vives, 2002, 478 pages.

Ernest-Antoine Seillière invité de l’émission Visages inattendus de personnalités sur KTO TV, 9 juin 2012. Sans toutefois avoir obtenu d’autorisation de port dudit titre en France par décret du président de la République. 1999, La Banque Seillière-Demachy – Une dynastie familiale au centre du négoce, de la finance et des arts, 1798-1998, Librairie académique Perrin, Collection broché, 239 p. Ernest-Antoine Seillière, le patron qui tranche , sur le site internet de L’Express.