Etats du moi, transactions et communication – Savoir enfin que dire après avoir dit bonjour ! PDF

Please etats du moi, transactions et communication – Savoir enfin que dire après avoir dit bonjour ! PDF this error screen to cpanel. Du cannabis légal en France en 2019 ? Cannabis : l’inquiétant succès du «joint» électronique Tel était le constat révélé par le journal Le Parisien du 28 novembre 2017.


Ce livre développe la notion de « transaction » formulée par Eric Berne, fondateur de l’AT, qui a simplifié les concepts freudiens du moi, du ça et du surmoi en trois états internes ou « Etats du moi » nommés Enfant, Parent et Adulte. Elle montre comment réorienter une communication, et indique comment passer d’une transaction subie à une transaction voulue. La démonstration est illustrée de nombreux exemples et exercices. Le sous-titre est une allusion à l’ouvrage clé de Berne : Que dites-vous après avoir dit Bonjour ?

Un délit qui peut coûter jusqu’à dix ans de prison. Le tribunal correctionnel de Marseille a condamné ce 8 janvier 2018 à des peines de dix-huit et quinze mois de prison avec sursis ainsi qu’à une amende de 10. Mais depuis cette initiative avortée, on trouve plus ou moins aisément en ligne, voire en boutique de vape des e-joint avec du liquide contenant du CBD et désormais dans d’autres échoppes qui annoncent ouvertement la couleur. Qu’en est-il dès lors de cette légalité ? Rappelons que l’usage médical de cannabinoide est règlementé et qu’il faut une autorisation des autorités sanitaires, comme pour le Sativex qui est en vente depuis 2015. Il serait alors tentant de faire l’analogie du e-joint avec la cigarette électronique classique, qui a déjà suscité de nombreux débats.

Reste que la présence de CBD dans le e-joint ou autre préparations, même sans présence de THC, pose problème: ses vertus annoncées comme uniquement « relaxantes » sont loin d’être totalement inoffensives et , surtout, risque de populariser ce produit auprès d’un public vulnérable, notamment les plus jeunes, qui serait tenté par cette vapoteuse « tendance » et présentée comme thérapeuthique. On comprend donc que c’est la communication autour de ce produit qui sera décisive sur la légalité ou non de ce joint électronique, notamment si devaient être revendiqués des effets bénéfiques d’une drogue quelconque et constituer ainsi, plus ou moins directement, un outil de promotion du cannabis: ce qui me parait plus que probable pour ce produit qui ne peut être considéré comme totalement anodin. Aucune vertu thérapeutique ne peut être revendiquée notamment par les fabricants, vendeurs de produits contenant du CBD. 22 août 1990 modifié en 2004 ne va donc pas manquer de faire parler d’elle. L’objectif était clair: dissuader tout commerce du CBD, par tout moyen.

Evoquant « l’engouement récent du CBD », la cour d’appel a estimé que « rien ne semble permettre de classer le CBD dans la catégorie des stupéfiants exclus de la liste des marchandises soumises au marché commun », dès lors qu’il respecte le taux maximum de THC autorisé. 2017, l’Organisation mondiale de la santé a recommandé de retirer le CBD de la liste des produits dopants. Attendons désormais  que la CJUE se positionne. Celle-ci doit désormais faire l’objet d’analyses, selon le procureur de la République du Mans, Fabrice Bélargent. Mais le 26 février 2019,  le tribunal correctionnel de Reims a jugé deux personnes poursuivies pour avoir vendu du CBD dans leur bar-tabac du centre-ville, le procureur ayant requis de la prison avec sursis et trois ans d’interdiction d’exercer. Et que dire de cette situation surréaliste à Toulouse, avec ces deux gérants de la boutique street shop qui étaient poursuivis pour offre et cession de stupéfiant et provocation à l’usage et qui ont été condamnés en février dernier à 12 mois de prison dont 10 assortis du sursis. France puisse être mise en place avant fin 2019.