Géopolitique de l’Extrême-Orient Tome 2 : Frontières et stratégies PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. L’économie de la culture est la branche de l’économie s’géopolitique de l’Extrême-Orient Tome 2 : Frontières et stratégies PDF aux aspects économiques de la création, de la distribution et de la consommation d’œuvres d’art. Les biens culturels : des biens pas comme les autres ?


Article détaillé : Histoire de la pensée économique des arts et de la culture. Le Déjeuner sur l’herbe de Manet. Les tableaux sont l’exemple-type de l’œuvre d’art unique et non reproductible : il n’existe qu’un seul original de la main de Manet. L’analyse économique de l’art et des biens culturels en général est longtemps restée en dehors des limites de l’analyse économique.

En effet, les œuvres d’art sont uniques : il n’y a pas deux Déjeuner sur l’herbe. Les frontières de l’économie de la culture sont floues. Où finit la sculpture et où commence le design ? Les logiques économiques des deux secteurs présentent de grandes similarités. La délimitation de l’économie de la culture pose le même problème que la délimitation de la culture elle-même.

C’est pourquoi les économistes du champ ont adopté le concept d’industries de contenu pour désigner l’ensemble du secteur produisant des biens dont l’essentiel de la valeur tient à leur contenu symbolique plutôt qu’à leurs caractéristiques physiques. Ainsi, un livre est un bien culturel, que le texte soit relié ou non, la couverture solide ou non, tandis qu’un baladeur numérique hors-service n’a plus de valeur malgré son design. La dématérialisation de l’économie tient à une représentation croissante de marchandises non pas sous forme d’objets, mais en termes d’utilité associée à une expérience, laquelle est à la fois individuelle et sociale. L’économie de la culture pour des œuvres immatérielles est à distinguer de l’économie du savoir ou économie de la connaissance par le statut de leur auteurs.