Histoire anecdotique de l’ancien théâtre de Lons-le-Saunier. PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Le quartier des Tanneurs, à Dole. Elle est avec 23 373 habitants en 2015 la ville la plus peuplée du département dont elle histoire anecdotique de l’ancien théâtre de Lons-le-Saunier. PDF l’une des sous-préfectures.


Carte de la commune de Dole et des proches communes. Dole est traversée, au sud-est, par le Doubs et la Clauge, ainsi que par le canal du Rhône au Rhin et le canal des Tanneurs, au sud. Bas-Jura, une des composantes de la vaste plaine de Saône. En effet leur ensoleillement est proche de celui du lyonnais, et leur pluviométrie — à peu près 800 millimètres par an — et nivosité — une quinzaine de jours par an — sont relativement basses comparées à celles du Haut-Jura.

Situation de Dole au sein des voies de communications franc-comtoises. Il s’agit de la véloroute européenne la plus célèbre. Dole s’est développée de manière circoncentrique, autour de son bourg médiéval. Une rue typique du centre-ville historique de Dole. Sur la rive gauche, se trouve la Zone Portuaire cernée, à l’ouest par le quartier du Boichot, au sud par celui de La Bedugue, et à l’est par l’ancienne commune d’Azans et l’écart de Goux, à l’ouest de la forêt de Chaux. Treige des Dames d’Ounans , « Treige de la Cordière » et Treige de la Fontenote Pasqual : deux ruelles de la vieille ville. Plumont et des Mesnils Pasteur, depuis la chaufferie dite des mesnils, à Foucherans.

Rhône au Rhin, Avenue de Lahr, en vue de la sécurisation de la véloroute 6, financé par le conseil général du Jura. Les origines de la ville sont méconnues. Quoi qu’il en soit le site est habité de longue date. D’ailleurs, plusieurs évènements se déroulent dans la région doloise, lors de la domination romaine. 355, des hordes de Germains envahissent et pillent les environs de Dole. Dans le même temps, un premier temple chrétien, sous le vocable de Saint-Étienne, est érigé sur le site du Plumont. Burgondes, d’origine germanique, s’installent dans la région.

Martin de Tours, et d’Azans, sous celui de saint Germain de Besançon, sont édifiées. 556, pour donner naissance à cinq pagi dont celui d’Amaous. Il désignerait le canton des Chamaves, mentionnés plus haut. Le comte d’Amaous, chargé de l’administration, de la justice et de l’armée, ont pour lieutenants les seigneurs de Neublans, qui prennent dès lors le nom de Dole. Le comté, se divise en trois prévôtés, à la tête desquels sont placés des barons assesseurs.