L’Orchestre PDF

L’édition 2018La 4ème édition de ce festival créé en 2015 à La Grande Motte, s’inscrit dans le cadre de deux évènements exceptionnels : le 50ème anniversaire l’Orchestre PDF la ville balnéaire et la Quinzaine Franco-allemande en Occitanie. Le directeur artistique, Alexandre Benderski, continue de miser sur l’éclectisme que les festivaliers retrouveront dans une programmation exigeante mais accessible avec des artistes de haut niveau.


Support – Partition

  • Genre – Classique
  • Puis l’Orchestre de chambre du Languedoc propose au jeune public et à toute la famille un ciné-concert avec le film d’animation Pierre et le loup de Suzie Templeton. Une autre façon de faire découvrir l’orchestre classique au grand public. Puis un récital lyrique interprété par le baryton montpelliérain Philippe Coubes accompagné du célèbre pianiste américain Dalton Baldwin. Enfin, l’Orchestre de Chambre du Languedoc et le Quintette à vents Arabesques de Hambourg clôtureront ensemble le festival dans le cadre de la Quinzaine Franco-Allemande en Occitanie. Grâce à la qualité des artistes présentés, un choix d’oeuvres et de styles très variés, et la proximité avec l’auditoire, le Festival veut s’adresser à tous les publics en rendant la Musique classique accessible à tous. Le Requiem Imaginaire vous transporte au fil de 5 siècles de musique, 5 langues, 5 religions, dans une scénographie où les voix alternent avec les improvisations planantes et virtuoses du musicien-compositeur. Tissant des extraits d’oeuvres sacrées de Purcell, Mozart, Bach, Fauré, Poulenc, Rachmaninov, Stravinski, Ligeti ou Duruflé, ainsi qu’un grand Kaddish en araméen qu’il a composé pour la circonstance, Jean-François Zygel invente et joue un Requiem imaginaire qu’il réinvente chaque soir au gré de son inspiration.

    Sur scène, un choeur mobile et chorégraphié habite l’espace en vagues successives, facettes contrastées d’une rosace multicolore, fervente et ensoleillée. Jean-François Zygel passe l’été sur France Télévisions. En compagnie de Pierre aux grands yeux tendres, du loup à la tête aussi admirable que terrifiante et du canard plein de cocasserie, enfonçons- nous dans les profondeurs de ce superbe conte russe, en version grand orchestre. Au commencement, le cinéma muet était accompagné dans la salle par des musiciens. Clin d’oeil à ces origines, ce ciné-concert donne à voir le formidable film d’animation que Suzie Templeton a réalisé en 2006 et qui transpose le conte musical de Prokofiev dans une Russie contemporaine. Réalisatrice anglaise, Suzie Templeton est à l’origine de nombreux projets d’animation.

    Son travail est salué en 2008 par l’oscar du meilleur court-métrage en 2008 pour son film Pierre Et Le Loup. La projection est précédée d’extraits de la suite pour orchestre de Casse-Noisette de Tchaïkovski. Cet ensemble instrumental est composé de dix-sept musiciens à cordes émérites, réunis autour du violoniste Alexandre BENDERSKI. Cette formation peut, à l’occasion, associer d’autres instrumentistes, à vent notamment, en fonction du répertoire choisi. Il s’agit d’une formation non permanente, la chose est importante, composée de musiciens professionnels réunis à l’occasion de concerts programmés. Outre le haut niveau artistique des instrumentistes qui la composent, son autre caractéristique est de réunir de jeunes musiciens professionnels auxquels la chance de faire valoir leur talent sera offerte, afin d’être connus et pourquoi pas reconnus.

    L’engagement de cette formation ne se limite pas aux seules oeuvres classiques ou romantiques mais étend son registre à d’autres formes d’expression musicale avec notamment l’invitation de solistes reconnus. Le baryton Montpelliérain Philippe COUBES a invité son maître et ami, le grand pianiste Dalton Baldwin, à l’accompagner dans son univers musical intense et profond. Au programme, des mélodies laissées par Brahms, Schubert, Fauré, Ravel, Duparc, Mahler et d’autres compositeurs qui ont pris le parti de la nuit, de l’infini, de l’éternité dans des poésies et des musiques peu souvent entendues. Il a commencé l’étude du chant dans un choeur d’enfants puis a étudié la guitare classique. Il a interprété par la suite, avec d’autres ensembles, les oeuvres du répertoire d’oratorio. En 1989, il devient l’élève de Jean ANGOT, professeur de chant au Conservatoire de Montpellier, ancien pensionnaire de l’Opéra de Paris. Il le restera jusqu’à la disparition de celui-ci.

    Il est devenu, en 2005, l’élève de Dalton BALDWIN pour l’interprétation de la mélodie et du lied. Disparue en 2013, elle était une discrète mais incomparable interprète du Lied qu’elle enseignait avec ferveur et rigueur. Parallèlement à cette vie musicale, il a poursuivi des études scientifiques. Lorsqu’il n’est pas musicien, il est professeur de neurochirurgie à la Faculté de Médecine de Montpellier. 19 décembre 1931 dans le New Jersey, est un pianiste américain qui s’est spécialisé dans l’accompagnement des chanteurs lyriques.

    Il a effectué ses études musicales à la Julliard School de New York puis au Conservatoire d’Ober-lin. Il a poursuivi ses études avec Nadia Boulanger et Madeleine Lipatti à Paris. C’est en 1954 que débute son exceptionnelle collaboration avec Gérard SOUZAY jusqu’à la disparition récente du grand baryton français. Dans le même temps, il se produit et enregistre régulièrement avec Elly Ameling, Jessye Norman, Arleen Auger. Dalton BALDWIN est un interprète infatigable du duo chant et piano, de la poésie dans toutes les langues. Il s’est exprimé longuement sur ce sujet au micro de Marcel Quillevéré en janvier 2015 dans l’émission Les traverses du temps . Il est un pianiste d’une élégante subtilité, d’une discrète virtuosité avant d’être un pianiste accompa-gnateur hors du commun.