La médina de Marrakech. Formation des espaces urbains d’une ancienne capitale du Maroc PDF

Pourquoi préparer votre voyage avec minube? Découvrez ce que nos utilisateurs pensent de la communauté de voyageurs qui les encourage à parcourir le monde. Maroc fondée en 711 par la tribu amazighe des Meknassas, qui lui a donné son nom. La ville historique de Meknès est la médina de Marrakech. Formation des espaces urbains d’une ancienne capitale du Maroc PDF sous la protection de l’UNESCO depuis 1996.


Labyrinthique, désordonnée, la médina de Marrakech est souvent présentée comme exemple d’une structure urbaine et spatiale de formation spontanée. Cette apparente anarchie ne cacherait-elle pas, par superposition, plusieurs ordres, géométriques ou non, répondant à des logiques spatiales, sociales et culturelles différentes ? Le parcellaire des quartiers, le plan même de la ville et de ses remparts, semblent marqués autant par des hésitations historiques quant à l’orientation correcte de la prière que par l’évolution des systèmes d’alimentation et de distribution de l’eau, et par la cohabitation de différents modes de structuration des espaces, qu’ils soient de traditions tribales et nomades ou plus nettement orientaux et citadins. La première partie de cet ouvrage propose une analyse morphologique de la médina, d’abord abordée dans son site et dans sa forme générale, puis autour de certains sujets : les populations, l’habitat, les quartiers, les fonctions urbaines, avant d’aborder des angles d’analyse plus précis sur : l’orientation sacrée, l’eau et le tracé des remparts. La seconde partie qui pourrait s’appeler  » morphogenèse de Marrakech  » reprend ces thèmes dans une perspective historique, en suivant les principales dynasties qui ont marqué l’évolution de la ville. La troisième partie tente d’élargir le cadre de l’analyse et de dégager des thèmes susceptibles d’aider à la compréhension des villes arabo-musulmanes traditionnelles : l’importance de l’eau et des jardins comme modèles ; la privatisation et la sacralisation des espaces par le mur, l’enclos et le marquage du centre ; leur orientation vers le centre du monde musulman, La Mecque.

Les membres de cette tribu sont appelés les Imknassen au pluriel, Ameknas au singulier. Ameknas signifie en tamazight le guerrier ou le combattant. D’ailleurs les activistes amazighs l’appellent plutôt Ameknas. Ils fondent l’émirat de Sijilmassa, à la limite nord du Sahara. Salihids du nord du Maroc en 917. Ils ne maintiennent cependant pas leur résistance face aux Maghraouas. Sous les Wattassides, c’était une ville prospère.

Roi bâtisseur, il fonde Meknès et y installe sa capitale. La grande mosquée dans la médina. Meknès est située à environ 500 mètres d’altitude, sur le plateau de Saïs, entre le Moyen-Atlas au sud et les collines pré-rifaines au nord. Ils sont également desservis par des taxis. La ville de Meknès connaît un climat méditerranéen dégradé, subissant les influences continentales pendant les saisons d’été et d’hiver. Cependant, la diversité géographique de la région fait que chacune de ses zones naturelles présente des nuances climatiques particulières. La répartition des pluies au cours de l’année se caractérise par de fortes pluies en automne, une très légère baisse en hiver avec un maximum relatif au début du printemps.

L’été est généralement sec, la période de pluie la plus importante s’étale d’octobre à mai, avec un nombre de jours avec pluie mensuel de 7 à 10 jours. Moulay Ismaïl décide de faire de Meknès l’une des plus belles et des plus puissantes cités impériales du Maroc. Sa médina et les vestiges du palais royal ont valu à Meknès d’être classée au Patrimoine mondial de l’Unesco. Mausolée Moulay Ismaïl : édifié par Ahmed Eddahbi, ouvert aux non musulmans. Abrite le tombeau de Moulay Ismaïl.