Le curé de Tours PDF

Le Curé de Tours est une nouvelle d’Honoré de Balzac, parue en 1832. La nouvelle est initialement publiée en 1832 chez Mame-Delaunay, sous le titre Les Célibataires, dans la section des Scènes de la vie privée de La Comédie humaine. François Birotteau — frère le curé de Tours PDF César Birotteau, autre personnage de Balzac —, vicaire de la cathédrale Saint-Gatien de Tours, est victime de la haine secrète de l’abbé Troubert et de sa logeuse, mademoiselle Gamard.


La Comédie humaine – Études de moeurs. Deuxième livre, Scènes de la vie de province – Tome II. Sixième volume de l’édition Furne 1842. Extrait : L’abbé Chapeloud, égoïste aimable et indulgent, devina la passion de son ami, ce qui n’était pas difficile, et la lui pardonna, ce qui peut sembler moins facile chez un prêtre. Mais aussi le vicaire, dont l’amitié resta toujours la même, ne cessa-t-il pas de se promener avec son ami tous les jours dans la même allée du mail de Tours, sans lui faire tort un seul moment du temps consacré depuis vingt années à cette promenade. Birotteau, qui, considérait ses vœux involontaires comme des fautes, eût été capable, par contrition, du plus grand dévouement pour l’abbé Chapeloud. Celui-ci paya sa dette envers une fraternité si naïvement sincère en disant, quelques jours avant sa mort au vicaire, qui lui lisait la Quotidienne : ― Pour cette fois, tu auras l’appartement. Je sens que tout est fini pour moi. En effet, par son testament, l’abbé Chapeloud légua sa bibliothèque et son mobilier à Birotteau. La possession de ces choses, si vivement désirées, et la perspective d’être pris en pension par mademoiselle Gamard, adoucirent beaucoup la douleur que causait à Birotteau la perte de son ami le chanoine : il ne l’aurait peut-être pas ressuscité, mais il le pleura. Pendant quelques jours il fut comme Gargantua, dont la femme étant morte en accouchant de Pantagruel, ne savait s’il devait se réjouir de la naissance de son fils, ou se chagriner d’avoir enterré sa bonne Badbec, et qui se trompait en se réjouissant de la mort de sa femme, et déplorant la naissance de Pantagruel.

Ce bref roman fournit l’occasion de présenter un catalogue des profils humains des petites villes que Balzac décrit également dans La Rabouilleuse et Ursule Mirouët. Il s’agit encore une fois d’intrigues que se plaît à nouer un petit cercle de provinciaux mesquins, sans pitié, prenant pour bouc émissaire le naïf abbé Birotteau. En quelques pages, Balzac réussit à représenter la triste condition de l’abbé Birotteau et à esquisser son caractère bonasse sans jamais forcer le trait et en évitant les pièges du mélodrame comme de la caricature. Le Curé de Tours, illustration d’Henry Monnier. Outre Pierre Vidal, Le Curé de Tours a inspiré de nombreux artistes, notamment Henry Monnier et Max Camis.

Baran,  Statues, Statutes and Status in Balzac’s Le Curé de Tours , Journal of Evolutionary Psychology, août 1993, no 14, vol. Baran,  The Architecture of Desire in Balzac’s Le Curé de Tours , Degré second, décembre 1992, no 13, p. Anne Bouzigues,  Le Rouge et le Noir et Le Curé de Tours , L’Année balzacienne, 1968, p. Hélène Colombani Giaufret,  Balzac linguiste dans Les Célibataires , Studi di storia della civiltà letteraria francese, I-II, Paris, Champion, 1996, p. Léon-François Hoffman,  Éros en filigrane : Le Curé de Tours , L’Année balzacienne, Paris, Garnier Frères, 1967, p.

Leeds,  Balzac’s Le Curé de Tours , Explicator, 1975, no 34, article 9. Suzanne Jean Bérard,  Encore la maison du Curé de Tours , L’Année balzacienne, 1968, p. Nicole Mozet,  Le Curé de Tours, un espace œdipien ? Essais sur le romantisme, de Nodier à Baudelaire, Université de Montréal, Département d’études françaises, octobre 1996, p. Pasco,  The Tangible and the Intangible in Balzac’s Le Curé de Tours , Currencies: Fiscal Fortunes and Cultural Capital in Nineteenth-Century France, Oxford, Peter Lang, 2005, p. Naomi Schor,  Details and Realism: Le Curé de Tours , Poetics Today, 1984, no 5, vol.

Nottingham French Studies, printemps 2007, no 46, vol. Balzac’s Le Curé de Tours and James’s The Spoils of Poynton , Nineteenth-Century Fiction, mars 1972, no 26, vol. Dorothy Wirtz,  Animalism in Balzac’s Curé de Tours and Pierrette , Romance Notes, 1969, no 11, p. Geof Woollen,  Le Curé de Tours and the Ten Year Itch , French Studies Bulletin, hiver 1988-1989, no 29, p.

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 4 mai 2018 à 09:59. This article needs additional citations for verification. Tours stands on the lower reaches of the Loire river, between Orléans and the Atlantic coast.

In Gallic times the city was important as a crossing point of the Loire. The name evolved in the 4th century when the original Gallic name, Turones, became first « Civitas Turonum » then « Tours ». In the 6th century Gregory of Tours, author of the Ten Books of History, made his mark on the town by restoring the cathedral destroyed by a fire in 561. France, and were stopped at Tours by Charles Martel and his infantry igniting the Battle of Tours.