Le Menteur PDF

Hortense a dit :  Je m’en fous ! Mais n’te promène donc pas toute nue ! Sous sa forme la plus concise, il s’énonce le Menteur PDF :  un homme déclare  Je mens .


Etudiant de province fraîchement débarqué à Paris, Dorante ne rêve que de conquêtes. Mais la réalité n’égale pas toujours l’immensité de ses désirs et le voilà qui s’invente des vies parallèles, jouant la comédie, avec l’insouciance de la jeunesse, à tous ceux et celles qu’il croise sur son chemin. Entre Dom Juan et Cyrano de Bergerac, notre menteur navigue de mensonges en quiproquos dans une curieuse aventure d’où l’art de l’illusion ne sort pas tout à fait vaincu. Le Menteur – qui exerça une forte influence sur Molière et Goldoni – séduira les élèves par la verve de son héros dont les mensonges sont autant de mises en scènes imaginaires exaltant le pouvoir du théâtre. Comédie d’intrigue et de caractère, pleine de joyeux rebondissements et parfois grinçante, la pièce permet, à la faveur d’un texte unique, de repérer les grandes orientations de l’esprit baroque et du classicisme.

En tant qu’énoncé, cette phrase dit :  Cette phrase est fausse. En tant que propos, il faut comprendre :  Je mens maintenant. Un homme disait qu’il était en train de mentir. Ce que l’homme disait est-il vrai ou faux ? On pourrait allonger ce paradoxe par cet énoncé :  La phrase suivante est fausse.

Attribuons à Épiménide le propos  Tous les Crétois sont des menteurs. Ceci était considéré par les philosophes antiques comme un paradoxe puisqu’il échappait au principe de non-contradiction. Soit, au contraire, Épiménide ment en disant cela, alors il existe au moins un Crétois qui dit la vérité, et donc son affirmation est fausse. Les interprètes modernes ont résolu ce paradoxe en l’étalant dans l’espace.

Crétois ne sont pas des menteurs, mais Épiménide, lui, en est un. On résout ainsi le paradoxe en l’étalant dans l’espace. Néanmoins la phrase, au présent, nécessiterait une analyse au même temps, avec toute l’instantanéité nécessaire à la résolution de l’assertion d’Épiménide. En fait, la négation de  Tous les Crétois sont des menteurs.

Donc, il peut exister un ou plusieurs menteurs Crétois, mais il est vrai que celui-ci peut être Épiménide. Il n’y a pas de contradiction logique : il m’arrive de mentir, mais pas toujours ! Le paradoxe du menteur devient plus intéressant lorsqu’on en considère la version suivante :  Je mens en ce moment même . Si la phrase est vraie, alors c’est qu’elle est fausse.