Le nain Acropole PDF

Le massif, comprenant notamment les montagnes du Grand et du Petit Luberon, mesure plus de 60 kilomètres de long pour une largeur de 5 kilomètres environ, et son point culminant est le Mourre Nègre, sommet arrondi qui s’élève à 1 125 mètres d’altitude, dans le Grand Luberon. Son climat de type méditerranéen lui apporte une saisonnalité très marquée des pluies et des le nain Acropole PDF. Cela favorise une grande variété d’écosystèmes, et par là une économie variée.


Le massif connait depuis son peuplement une forte activité agricole, notamment via son vignoble, couvert par deux appellations d’origine contrôlée. Luberon viendrait d’une racine Lup-, hauteur, suivie du double suffixe -air-one, que l’on retrouve dans le nom du Cithéron, montagne de l’ancienne Béotie. Parmi les étymologies fantaisistes, on trouve celle de  vallée des loups , peut-être liée à la présence de très nombreux loups dans le Luberon, qui attaquaient les troupeaux de moutons. Le dernier loup fut aperçu en 1922.

Lébéron, mais il s’agit tout de même d’éditions parisiennes. Le Robert admettent les formes  Luberon  ou  Lubéron . En occitan provençal, il est noté Leberon selon la norme classique ou Leberoun selon la norme mistralienne. Quatre villes se sont développées autour de lui : Apt au nord, Cavaillon à l’ouest, Pertuis au sud et Manosque à l’est. Ce massif comprend plusieurs  montagnes  : le Grand Luberon et le Petit Luberon en sont les principales. Celle-ci a creusé une combe que l’on nomme la combe de Lourmarin. Calavon qui le sépare des monts de Vaucluse.

Le Luberon oriental et le Grand Luberon sont séparés par une voie de communication nord-sud : la D907, puis la D956. Le Petit Luberon et le Grand Luberon sont également séparés par un axe de communication nord-sud : la D943 qui relie Lourmarin à Apt, par le col du Pointu et la combe de Lourmarin. Plusieurs chemins permettent la découverte du Luberon. Certains sont réservés aux marcheurs, VTTistes ou cavaliers. Le Calavon, dont la vallée se situe au nord du Petit Luberon, borde aussi une partie du Grand Luberon alors que la Durance contourne le massif par le sud. L’Aigue Brun traverse le massif du nord au sud, de la commune de Sivergues vers celle de Lourmarin.

L’eau qui y circule alimente des sources, permanentes ou temporaires, en piémont du massif. Le massif est en relations hydrogéologiques avec l’aquifère de Vaucluse. Le Luberon compte des puits horizontaux datant de l’époque romaine appelés aussi  mines . L’étang de la Bonde, au pied du versant méridional, est, avec son diamètre d’environ 500 mètres, sa superficie de 30 hectares et sa profondeur de 2 à 5 mètres, le seul plan d’eau conséquent des environs du massif. L’aqueduc qui l’approvisionne a été construit par Fouquet d’Agoult afin de constituer une réserve d’eau pour le château de La Tour-d’Aigues qui est désormais gérée par la société du canal de Provence. Le Luberon est constitué de roches datant de la fin du Mésozoïque jusqu’au milieu du Cénozoïque. Sur l’échelle des temps géologiques, le Luberon est constitué de roches datant de la fin de l’ère secondaire jusqu’au milieu de l’ère tertiaire.

Cette région est, pour cette raison, connue comme riche en fossiles de la fin de l’ère secondaire. Sur le versant nord, c’est le Barrémien qui occupe la plus grande surface. Gargas et de l’Albien qui forme la vallée d’ocres du Colorado provençal. C’est un anticlinal formé de plus de 600 mètres de calcaires plus ou moins marneux de l’Hauterivien – Crétacé.

Ces calcaires sont plutôt tendres, ce qui confère au Luberon un relief plutôt arrondi. Autour de Grambois, de Montfuron, de Forcalquier, l’Oligocène composé de calcaires en plaquettes, gypse, lignite, argile, dolomie a donné lieu à des exploitations minières. La combe de Lourmarin est le passage boisé, large d’une quinzaine de kilomètres, qui sépare le Petit Luberon du Grand Luberon. La seule route autorisée à la circulation traversant le massif y passe, du sud au nord. Une autre toute petite route goudronnée traverse le massif d’est en ouest, par les crêtes, mais elle n’est plus autorisée à la circulation depuis une vingtaine d’années et très délabrée. Cavaillon avec le plus d’intensité, mais a été ressenti à des kilomètres à la ronde.

Le sud du Luberon a également été affecté par le séisme de 1909 en Provence, de magnitude 6, qui fit des dégâts significatifs à Cadenet, Pertuis et Avignon, notamment. Le zonage sismique de 2011 a revu l’évaluation du risque à la hausse. Cependant, différentes nuances climatiques peuvent se faire ressentir, comme une influence de type montagnard qui se traduit par des hivers parfois rigoureux et un nombre de jours de gel plus important qu’en basse Provence. Les précipitations moyennes annuelles varient de 600 à 900 mm.

Toutefois, l’ouest est plus sec que l’est, tout comme le sud par rapport au nord. En moyenne, le secteur d’Apt reçoit des précipitations supérieures à 700 mm et la partie orientale, plus à l’est, supérieures à 800 mm. Après une année 2007 caractérisé par une très faible pluviométrie, 435 mm d’eau en pays d’Apt, 2008 avec 1 202 mm, soit 2,8 fois plus, se place juste derrière l’année 1968. C, l’hiver et le printemps ayant été très doux. Cette partie du massif bénéficie d’un climat méditerranéen qui se caractérise essentiellement par sa douceur et par des précipitations généralement faibles, mais parfois très violentes.