Le Portrait de Dorian Gray PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Edgar Allan Poe en le Portrait de Dorian Gray PDF, traduite en français par Charles Baudelaire en 1857.


Dorian Gray est un jeune dandy d’une rare beauté. L’un de ses ami et peintre, Basil Hallward, décide de faire son portrait et, fasciné par ce modèle, parvient au paroxysme de son art. Dorian Gray, lui-même, tombe amoureux de son propre reflet. Il fait ainsi le vœu de conserver l’éclat de sa jeunesse, et le portrait accuse l’outrage du temps à sa place… Le Portrait de Dorian Gray est l’unique roman d’Oscar Wilde. Il est publié dans sa version définitive en avril 1891. Sa parution déchaîna les passions et heurta de front la prude société victorienne qui ne vit dans ce conte fantastique et philosophique que l’immoralité du héros. C’est pourtant cette variante du mythe de Faust qui fera le succès d’Oscar Wilde.

Un homme blessé et son domestique s’installent pour une nuit dans un château étrange et abandonné des Apennins. La nuit, alors que le maître ne trouve pas le sommeil, il contemple les tableaux exposés dans sa chambre, tout en lisant le volume trouvé sur son oreiller contenant l’analyse de ces toiles. Quelques heures plus tard, le narrateur se penche pour déplacer le candélabre qui l’éclaire, un rai de lumière éclaire alors un tableau au réalisme saisissant qu’il n’avait pas remarqué. Le tableau représente une jeune personne en passe, selon le narrateur, de passer du statut de jeune fille à celui de femme.

Le tableau est peint avec tellement de virtuosité et tellement d’ardeur que la jeune fille paraît vivante, ce qui frappe le narrateur. Après avoir passé plus d’une heure à contempler le tableau, l’homme lit l’analyse de ce portrait dans le recueil. Le reste de la nouvelle est un extrait de ce volume qui raconte l’histoire du tableau. La jeune fille était une personne d’une rare beauté qui épousa un peintre. Le peintre était passionné par son art, ce qui la rendit malheureuse. Un jour, le peintre décida de faire un portrait d’elle, ce qu’elle n’osa refuser. A mesure que les semaines passaient, le tableau était de plus en plus abouti et le peintre, sans remarquer que son épouse allait de plus en plus mal, après des heures passées dans la tour où il la peignait, était de plus en plus absorbé par son travail.

Ce travail intensif rendit le peintre fou. La Vérité sur le cas de M. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 3 novembre 2018 à 19:32. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? La couverture de la première parution du roman dans le Lippincott.

Principal représentant du courant de l’esthétisme anglais, Oscar Wilde profite de son roman pour faire part des grands concepts ainsi que pour les interroger. On peut voir en Lord Henry l’auteur lui-même, dandy hédoniste, amoureux de mots et des turpitudes de la langue, connu pour ses mœurs légères. Dorian fait la connaissance de Lord Henry, dit Harry, un ami de Basil Hallward, un peintre reconnu. Basil demande à Lord Henry de ne pas tenter de le corrompre. Mais Dorian se laisse séduire par les théories sur la jeunesse et le plaisir de ce nouvel ami qui le révèle à lui-même en le flattant :  Un nouvel hédonisme Vous pourriez en être le symbole visible.

Avec votre personnalité, il n’y a rien que vous ne puissiez faire. Va naître dès lors en lui une profonde jalousie à l’égard de son propre portrait peint par Basil Hallward. Il formule le souhait que le tableau vieillisse à sa place pour pouvoir garder lui-même sa beauté d’adolescent. Si je demeurais toujours jeune et que le portrait vieillisse à ma place ! Je donnerais tout, tout pour qu’il en soit ainsi. Il n’est rien au monde que je ne donnerais.

Par la suite le jeune homme tombe amoureux d’une comédienne dont le jeu le fascine, Sibyl Vane, et lui promet le mariage. Mais son amour pour Dorian empêche Sibyl d’incarner ses personnages comme elle le faisait auparavant et son jeu devient très mauvais, ce que peuvent constater Basil et Lord Henry que Dorian a emmenés avec lui au théâtre. Profondément déçu et humilié, Dorian répudie Sibyl et la quitte brutalement, la laissant effondrée. Cependant je dois reconnaître que cet événement ne m’a pas ému autant qu’il l’aurait dû. Il m’apparaît comme le dénouement sublime d’une pièce étonnante. Il a toute l’effrayante beauté d’une tragédie grecque, une tragédie où j’ai joué un grand rôle mais d’où je sors indemne.