Les brigands : drame en 5 actes (Éd.1867) PDF

C’est aujourd’hui l’un des opéras français les plus représentés dans le monde. Toussenel en 1830 et d’Henry Egmont en les brigands : drame en 5 actes (Éd.1867) PDF. Les auteurs ont unifié les différentes histoires empruntées à Hoffmann en faisant de l’écrivain lui-même le personnage central de l’opéra.


Les brigands : drame en 5 actes / Schiller
Date de l’édition originale : 1867
Collection : Bibliothèque nationale ; T. 164

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Belle nuit, ô nuit d’amour  de l’acte de Giulietta. Elle révèle son intention d’attirer l’attention d’Hoffmann sur elle seule et de lui faire renier toutes ses autres amours afin qu’il soit complètement dévoué à elle : la poésie. Elle prend pour cela l’apparence du meilleur ami d’Hoffmann, l’étudiant Nicklausse.

La prima donna Stella, qui interprète dans la salle voisine le Don Giovanni de Mozart, envoie une lettre à Hoffmann lui demandant de venir la rencontrer dans sa loge après le spectacle. Hoffmann est amoureux d’Olympia, la  fille  du scientifique Spalanzani. Celle-ci s’avère en fait être un automate dont Coppélius, un charlatan, a fourni à Spalanzani les yeux et vient présenter sa créance. Il vend à Hoffmann des lunettes magiques qui lui font voir Olympia comme une vraie femme. Hoffmann se croit alors aimé d’elle mais Niklausse, perplexe, tente en vain d’avertir son ami. Alors qu’il valse avec Olympia, Hoffmann tombe et ses lunettes se brisent. La mort d’Antonia lors de la création en 1881.

La maison du conseiller Crespel à Munich. Hoffmann et Antonia s’aiment mais ont été séparés par Crespel, le père de celle-ci. Antonia vit sous l’emprise d’une terrible maladie et elle doit pour cela éviter de chanter à tout prix, ce qui est dommage car elle a hérité de la magnifique voix de sa mère, une cantatrice décédée. Hoffmann, désabusé par ses expériences précédentes, raille l’amour et célèbre l’ivresse en jurant de ne pas succomber aux charmes de la courtisane Giulietta.

Celle-ci relève le défi de le séduire et, sous les ordres du capitaine Dapertutto, de lui voler son reflet à l’aide de son miroir magique. Hoffmann ne peut résister au charme de la courtisane et au cours d’un duo elle lui vole son reflet. Hoffmann, soûl, jure que jamais plus il n’aimera qui que ce soit. Il explique à ses auditeurs qu’Olympia, Antonia, et Giulietta ne sont en fait que trois facettes de la même personne : Stella, à la fois jeune fille, artiste et courtisane.