Les empreintes en prothèse fixée PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche La prothèse dentaire est la partie de la dentisterie qui s’occupe essentiellement de remplacer les dents absentes. Le dentiste travaille en association avec un prothésiste dentaire. Ce dernier travaille dans un laboratoire, avec un matériel très spécifique. Une prothèse ne dispense en aucune manière d’une hygiène les empreintes en prothèse fixée PDF-dentaire rigoureuse.


Les dents, même artificiellement couronnées, peuvent se carier à la jonction entre la prothèse et la dent naturelle. Une fois que le dentiste a fait les empreintes du patient, le prothésiste les utilise et fait des moules. Pour effectuer ce travail, il utilise de nombreuses machines, comme le four à céramique qui sert à cuire les dents en céramique. Une couronne reconstitue artificiellement la couronne de la dent délabrée. Avantages : elle protège la dent et ne se remarque pas. Inconvénients : elle oblige à tailler la dent. Mais on peut également réaliser un bridge de plus grande portée, en prenant appui sur plusieurs dents piliers.

Le principe est le même que pour la couronne. Une prothèse fixe reconstitue la dent au plus proche de l’état naturel. Les prothèses fixes peuvent être métalliques, céramo-métalliques, ou tout céramique. Le métal est généralement utilisé pour les dents postérieures. C’est souvent du Nickel-Chrome, du Chrome-Cobalt, parfois de l’or ou du titane.

La céramique est de plus en plus utilisée. Les propriétés mécaniques continuent de s’améliorer. Inconvénient : prix plus élevé que les couronnes métal. La couronne céramo-céramique a des meilleures qualités esthétiques, et ses qualités mécaniques sont aujourd’hui suffisantes pour permettre son utilisation sans risque sur quelques dents. La résine est surtout utilisée pour la restauration provisoire, dans l’attente d’une des restaurations définitives citées ci-dessus. Il existe aussi des résines chargées en céramique à but de restauration définitive qui appartiennent a la famille des composites . Une prothèse amovible, communément appelée  dentier , est une prothèse qui peut s’enlever.

Elle s’appuie en partie sur les dents restantes, en partie sur la gencive et l’os sous-jacent. Une prothèse amovible demande généralement quelques jours d’adaptation. Bien étudiée, elle doit être bien supportée. C’est une prothèse à base métallique généralement en chrome cobalt molybdène rigide, qui s’appuie à la fois sur les dents restantes et sur les muqueuses. La base métal sert de support pour soutenir des dents résines à l’emplacement des édentations. C’est une prothèse composée principalement de résine, avec des crochets en métal souple. On peut la renforcer avec de la fibre de verre ou des éléments métalliques.

Elle est plutôt réservée à un usage temporaire, voire être un appareil de transition, par exemple un appareil provisoire, suite à des extractions récentes, dans l’attente d’un travail implantaire. Lorsqu’il ne reste plus du tout de dents, on les remplace par une prothèse en résine, qui doit s’appuyer le plus largement possible sur les muqueuses. Les dents des prothèses amovibles peuvent être en résine ou en céramique en fonction de la morphologie et de l’âge du patient. Les prothèses amovibles nécessitent peu de retouches voire aucune si tous les protocoles de réalisation sont respectés — prise d’empreinte primaire, empreinte secondaire soignée, enregistrement de l’articulation correct. Un implant est une vis qu’on va fixer dans l’os selon des modalités opératoires bien précises afin de remplacer le support naturel de la dent qui a disparu: la racine dentaire. Du respect de ces modalités opératoires dépendra le résultat final.

Le métal utilisé est du titane très pur, la pureté du métal se traduit par le prix des implants mais aussi par leur longévité. Il en existe de nombreux types adaptés à chaque cas particulier: couronnes unitaires scellées ou vissées, bridges scellés ou vissés, prothèses totales résines ou céramiques vissées, bridge complet étendu à la totalité de l’arcade dentaire . La prudence est de mettre en place autant d’implants que de dents à remplacer. C’est moins vrai à la mandibule faite d’un os plus compact qu’au maxillaire supérieur fait d’un os spongieux. Selon la récession osseuse du patient à la suite de la perte de ses dents, on réalisera une prothèse sans ou avec fausse gencive. Moins coûteuses que les bridges, ces prothèses sont moins longues à réaliser.

Pour assurer une mastication correcte donc une tenue de prothèse satisfaisante on met en place deux implants à 1,5 cm de part et d’autre de la ligne médiane. Les barres de fixation ont peu d’intérêt dans cette indication. Un système de fixation pour les prothèses totales du haut est beaucoup moins demandé par les patients qui sont en général satisfaits de leur prothèse totale conventionnelle. Les implants peuvent aussi permettre de stabiliser une prothèse amovible partielle : soit pour améliorer l’esthétique en permettant de se passer de crochet trop antérieur , soit pour empêcher l’enfoncement de la prothèse dans le cas d’édentement postérieur.

Lors de l’élaboration d’une prothèse, le dentiste travaille en étroite collaboration avec le prothésiste. Articles connexes : Santé au travail et toxicologie. Yves Coppens, Le Présent du passé. L’Actualité de l’histoire de l’Homme, Paris, Éditions Odile Jacobs, 2009, 288 p. MOF, le domaine de la prothèse dentaire fait partie des 162 disciplines du concours des Meilleurs Ouvriers de France. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 18 novembre 2018 à 21:54.