Les Gardiens de Ga’Hoole – tome 6 PDF

Les Gardiens de Ga’Hoole – tome 6 PDF’appellation  Lemming  s’applique en français à plusieurs taxons distincts. Lemming est un nom vernaculaire ambigu désignant différents petits rongeurs subnivaux qui vivent généralement dans les régions arctiques, dans les biomes de toundra.


Les Sangs-Purs n’ont pas dit leur dernier mot. Bec d’Acier et ses troupes ont envahi les canyons de Saint-Ægolius et se préparent à attaquer le Grand Arbre de Ga’Hoole. Les Gardiens sont inquiets : leur armée seule ne peut faire front. Le parlement de Ga’Hoole décide alors d’envoyer Soren et ses amis vers les Royaumes du Nord, pour nouer de nouvelles alliances. Sans l’aide des légendaires Becs Givrés, le monde libre des chouettes et des hiboux risque de disparaître, à tout jamais…

Les caractéristiques générales des lemmings sont celles des rongeurs de la famille des Arvicolinés, avec des nuances pour chaque espèce : voir les articles détaillés pour plus d’informations sur leur comportement ou leur physiologie respective. Un lemming pèse environ 100 g et sa taille peut varier de 7 à 15 cm. Ces animaux ont généralement une fourrure épaisse et douce, et une queue très courte. Les lemmings n’hibernent pas : ils survivent en grattant la neige pour récupérer l’herbe qu’ils ont préalablement coupée et stockée.

Un lemming de Norvège en attitude d’agression. Comme de nombreux rongeurs, leur population connaît des pics périodiques, ce qui les amène à se disperser à travers la toundra pour trouver la nourriture et les abris que leur territoire d’origine ne peut plus leur fournir. Contrairement à la plupart des rongeurs dont la fourrure sert de camouflage, leur permettant ainsi d’éviter d’attirer l’attention, les lemmings présentent souvent une fourrure bigarrée et se comportent agressivement vis-à-vis de leurs prédateurs ou des observateurs humains. Contrairement à la croyance populaire et à la légende urbaine, les lemmings ne se suicident pas en masse lors des migrations.

Il est vrai cependant que des lemmings tombent des falaises ou dans des étangs simplement à cause de bousculades dues à leur grand nombre. Les préjugés à propos des lemmings sont vieux de plusieurs siècles. Cette théorie a été battue en brèche par le naturaliste Ole Worm qui, s’il admettait qu’il pouvait pleuvoir des lemmings, estimait qu’ils étaient plutôt enlevés par les vents qu’apparus par génération spontanée. Les lemmings sont victimes d’un préjugé populaire selon lequel ils pratiquent un suicide de masse lors de leurs migrations. Le nombre d’animaux qui trouvent la mort au cours de ces déplacements n’est à la vérité pas un suicide de masse, mais le résultat de leur migration.

Note : certaines espèces ont plusieurs noms et, les classifications évoluant encore, certains noms scientifiques ont peut-être un autre synonyme valide. Le mythe du  suicide de masse  des lemmings a, si l’on peut dire, la vie dure et divers facteurs ont contribué à sa popularité. En 1955, un illustrateur des Studios Disney, Carl Barks, dessina une bande dessinée d’Uncle Scrooge intitulée The Lemming with the Locket. Par allusion à ce cliché, le  suicide du lemming  sert souvent aux États-Unis de synonyme pour  mouton de Panurge . Dans la nouvelle de l’auteur de science-fiction Arthur C. Clarke intitulée The Possessed, les lemmings s’enfoncent dans les eaux d’un fjord poussés par le besoin ancestral de se rendre au lieu de rendez-vous périodique convenu, il y a des millénaires, entre la moitié de l’être venu du cosmos qui a pris possession de leur esprit pour faire progresser leur espèce vers la conscience, en vain, et l’autre moitié qui a continué son errance cosmique. Grizzy et les Lemmings, série d’animation de Studio Hari, depuis 2016.