Les Médias et la Justice : Liberté de la presse et respect du droit PDF

Lutte contre la fraude et la corruption: La liste noire de la Banque Mondiale s’allonge en 2013 et les sanctions tombent ! L’institution a placé 252 entités sur sa « liste noire » entre janvier et les Médias et la Justice : Liberté de la presse et respect du droit PDF 2013 contre seulement 247 entre 2006 et 2012, indique le cabinet d’expertise juridique Freshfields Bruckhaus Deringer dans un rapport obtenu le 16 septembre 2013 par l’AFP.


Les scandales politico-financiers montrent le rôle déterminant que jouent les médias. Comment concilier le devoir d’informer et la recherche de la vérité avec le respect du droit et la légitime protection des individus ? « Copyright Electre »

Ces chiffres reflètent la réalité tragique qu’une grande part de l’aide envoyée aux pays les plus pauvres est détournée », indique ce rapport, évoquant le chiffre de 40 milliards de dollars sur les sept dernières années. La majeure partie des sanctions frappe des entreprises issues des pays riches et associées à des projets de développement au Sud. SNC-Lavalin et ses filiales de tout contrat pour une période de dix ans en raison de fraudes sur la construction d’un pont au Bangladesh. Le chantier, d’un montant de 3 milliards de dollars, est pour l’heure suspendu.

Banque mondiale à travers le globe, notamment en Afrique qui concentre « environ » un tiers des investigations menées par l’institution. Le rapport relève également que plusieurs entreprises ciblées par la Banque ont conclu avec l’institution des accords précisant le périmètre des sanctions et prévoyant parfois le paiement de pénalités. Deux filiales du groupe français Alstom ont ainsi dû restituer 9,5 millions de dollars et sont exclues de tout contrat avec la Banque mondiale jusqu’en février 2015 pour des « paiements déplacés » en Zambie. La filiale russe de l’allemand Siemens est, elle, sur la liste noire de la Banque depuis 2009 et a dû verser 100 millions de dollars pour soutenir la lutte contre la corruption. Interrogée par l’AFP, la Banque mondiale, qui décline toute « responsabilité dans les conclusions du rapport », a défendu sa pratique consistant à dévoiler le nom des entreprises sanctionnées.

La publication du nom des entités sanctionnées vise à promouvoir des règles de transparence et aussi à envoyer un message fort aux entreprises: la Banque mondiale prend au sérieux les faits de corruption affectant ses projets », a déclaré une porte-parole de l’institution. France Soir du 29 mai 2017: surbookings quels sont vos droits ? France Soir du 25 mai 2017 travaux, caution DG sortie du locataire quels recours ? Le Parisien du 7 janvier 2017 interview sur la fermeture du site Babylon 2. Neon Mag du 6 janvier 2017 interview sur les groupes Babylon 2. 20 MInutes du 14 avril 2016: un employeur qui demande un changement de prénom légal ou pas ?

Terrafemina du 29 novembre 2013:  »Qu’est-ce que la notion de légitime défense? Droit-Inc du 7 octobre 2013: « démarchage de clientèle: oui ou non ? Revue Fémina du 3 au 9 juin 2013: « Accords emplois: ça change quoi ? Des élus ou une personnalité politique ont-ils le droit de bloquer un citoyen sur leur compte officiel Twitter et les réseaux sociaux ? Abonnez-vous pour être averti des nouveaux articles publiés. Directeur de la publication : Maître Thierry Vallat. 7, sous réserve des interruptions nécessaires aux opérations techniques de maintenance, d’entretien et de mise à jour que le Cabinet Thierry Vallat jugerait utile d’effectuer.