Les Sept Plumes de l’aigle PDF

Cet oiseau, singulier sur le plan morphologique, est assez les Sept Plumes de l’aigle PDF des autres rapaces. Son nom de genre rend hommage au personnage de la mythologie grecque Pandion, roi légendaire d’Athènes dont les enfants furent changés en rossignol et en hirondelle.


Luis A. est né en Argentine. Avant de quitter ce monde, sa mère, une indienne Quechua, lui a légué un savoir millénaire. Est-ce pour la retrouver que Luis, très jeune, est parti sur les routes ?L’initiation commence dans les ruines de Tiahuanaco, où l’adolescent fait la connaissance d’El Chura, chaman, «homme au plumage de renard». Celui-ci lancera son disciple à la recherche des sept plumes de l’aigle, des septs secrets de la vie. Cette rencontre en entraînera d’autres : celle du «gardien du temps», du vieux Chipès, de doña María, de l’amour, qui est le premier mystère du monde.Luis A. n’est pas un personnage de roman. Cette quête étrange, tourmentée, d’un savoir et d’une lumière, a bien eu lieu, un jour – une fois -, entre la Sierra Grande, les ruelles de La Paz et le plateau de Machu Picchu.

Bien que le balbuzard ne soit pas du tout chauve, cette origine peut faire référence au contraste visuel entre le dessus de sa tête, bien blanc, et son bandeau noir sur l’œil, l’association des deux pouvant donner un aspect dégarni au sommet de sa tête. Cet oiseau est d’une taille variant d’environ 50 à 66 cm. Ses parties inférieures sont blanches, ainsi que la tête, mais il présente sur les yeux une bande sombre, plus ou moins affirmée selon les sous-espèces. Quand il reprend son essor, les poissons de grande taille sont placés tête en avant afin de réduire la résistance de l’air. Les serres sont des outils tellement efficaces pour maintenir les proies qu’il est arrivé que des balbuzards se noient parce qu’ils n’étaient pas capables de desserrer leur étreinte pour relâcher un poisson trop lourd. Cette espèce émet des sifflements courts.

Le cri d’alarme est une succession rapide de plusieurs piè ou piou. Habituellement, les balbuzards forment des couples pour la vie. En mars, ou même plus tôt suivant la région, ils entament une période de collaboration de cinq mois afin d’élever leurs jeunes. Quand la nourriture est rare, le premier poussin à éclore a plus de chances de survivre. Le balbuzard vit près des lacs d’eau douce, et parfois près d’eaux côtières saumâtres. Ces plans d’eau doivent être peu profonds et poissonneux. Les balbuzards qui nichent en Europe passent l’hiver en Afrique du Nord ou dans la péninsule ibérique.

On le nomme parfois abusivement  aigle pêcheur  ou  aigle de mer . Le nom du genre fait référence à Pandion fils de Cécrops, roi mythique d’Athènes et grand-père de Thésée, qui a été transformé en aigle. Moore et l’IOC, soit de la famille monogénérique des Pandionidae, d’après HBW et Clements. La classification classique se base sur ces critères pour comprendre la phylogénie des espèces.

Sur plusieurs aspects, le balbuzard diffère des autres oiseaux de proie diurnes et a toujours présenté une énigme pour les taxonomistes. Selon certains auteurs, il est traité comme l’unique membre de la famille des Pandionidae, celle-ci figurant à sa place traditionnelle dans l’ordre des Falconiformes. Cette espèce unique est répartie dans le monde entier, certains auteurs définissent, non sans difficultés, quelques sous-espèces, le plus souvent quatre. Cette forme est la plus grande, a un plumage plus sombre au niveau du dos et a une poitrine plus pâle que P. Cette forme est très pâle au niveau de la tête et de la poitrine par rapport à P.