Nouveau traité des élections, contenant l’origine de la taille, aides, gabelle PDF

Ses habitants sont appelés les Levensans ou Nouveau traité des élections, contenant l’origine de la taille, aides, gabelle PDF. Levens et ses habitants sont lu Levensan.


Nouveau traité des élections, contenant l’origine de la taille, aides, gabelle octrois, et autres impositions, leurs différences… les rangs… desdits officiers, les privilèges des ecclésiastiques, de la noblesse … par M. Pierre Vieuille,…
Date de l’édition originale : 1739

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Articles connexes : Géographie des Alpes-Maritimes et Climat des Alpes-Maritimes. Carte des environs de Levens vers 1885. Férion à l’est et de l’écart de Laval au sud à la vallée de la Vésubie au nord. En arrière-plan, le mont Vial et le collet d’Huesti. Monts Castellar et Férion, à l’est.

Vallée de la Vésubie, au nord. Surtout durant l’hiver 2008-2009 où il est tombé jusqu’à 30 centimètres de neige. 1929 et 1956, à cause des ravages causés aux oliveraies. Platanes le long de la D 19, aux Grands Prés. La seule forêt levensoise se trouve sur la chaîne du Férion, subéraie au sud vers l’écart de Laval, pinède au nord en direction de Duranus.

Pour les arbustes, le genévrier domine parmi l’aubépine et le prunellier. Articles connexes : Histoire des Alpes-Maritimes et Comté de Nice. Les traces d’occupation les plus anciennes découvertes sur le territoire de la commune de Levens remontent au Néolithique final. Des structures en pierre sèche sont visibles à l’est de la commune : le Castellar, le Véaou, et en divers points de la chaîne du Férion. Ligures et les date de l’âge du fer. Malheureusement, ces monuments sont très difficiles à dater. Contrairement à une idée reçue, aucune trace d’occupation protohistorique n’a été identifiée dans le village même.

Les gros blocs que l’on peut voir intégrés dans certains murs anciens du village ne permettent pas d’affirmer la présence d’une enceinte protohistorique ou d’un oppidum sous le village médiéval. Quelques traces d’occupation ancienne ont pourtant été identifiées sur les enceintes du Castellar, au Castelviel et de la cote 928 du Férion. Les Lepontii qui paraissent occuper le territoire de Levens semblent avoir été favorables aux Romains ou s’être prudemment soumis, comme les Vediantii qui occupent un territoire situé entre les hauteurs de Nice et Tourette-Levens. Trophée des Alpes à la Turbie. Cette  agglomération  n’est pourtant pas avérée. Au mieux peut-on évoquer des indices d’un habitat et de sépultures antiques et médiévales autour de la chapelle Notre-Dame-des-Prés. Dans la cour de cette ancienne chapelle connue sous le nom de la Madone se trouve une stèle funéraire élevée par une veuve à la mémoire de son mari et de son fils.

D’importantes structures y ont été mises au jour, appartenant à des établissements agricoles produisant du vin ou de l’huile. Un contre-poids de pressoir a en outre été découvert au pré des Cavaliers. Les traces d’une occupation antique ont encore été signalées à Notre-Dame-du-Peuple. Levens et rejoignant la Vésubie au Cros-d’Utelle. Burgondes, Quades, Alains, Vandales et Wisigoths, la Provence connaît une relative prospérité. Toutes les villes des Alpes-Maritimes occupées durant le Haut-Empire continuent à entretenir des liens intenses avec le monde méditerranéen, notamment l’Afrique du Nord, la Syrie ou l’Anatolie et la région des Détroits. Les productions de ces régions se retrouvent sur tous les sites du département en grande quantité.

Article connexe : Abbaye Saint-Pons de Nice. Le village actuel est bâti autour de l’ancien château féodal élevé vers l’an 900 par les comtes de Provence. La première église de Levens se trouve à Notre-Dame-des-Prés. 1075 lors de sa restitution par la famille seigneuriale de Nice à l’abbaye de Saint-Pons, qui le conserve jusqu’à la Révolution. Ils élèvent, près du sommet du mont Férion, une chapelle dédiée à l’archange saint Michel et dotée d’un campanile. Une autre légende locale tout aussi fantaisiste affirme que la chapelle a remplacé un autel au dieu Mars. Charles II d’Anjou fait arrêter tous les Templiers du comté de Nice en 1307, en vertu d’ordres reçus du roi de France Philippe le Bel, et leurs biens sont confisqués.