Partie fine PDF

Partie fine PDF’identification des parties prenantes et le dialogue avec celles-ci font l’objet de la cinquième partie de la norme ISO 26000 sur la responsabilité sociétale des organisations, parue en 2010. L’Américain Ronald Mitchell propose de classer les parties prenantes pour décider dans quelle mesure il est important qu’elles participent ou non à la concertation : voir Grille de Mitchell. En économie, l’expression  partie prenante  désigne tout acteur interne ou externe à une entreprise et concerné par son bon fonctionnement sur le plan de la responsabilité sociétale.


Et si un dîner pouvait tout changer ? Dix camarades de lycée qui se sont perdus de vue. Dix adultes qui se retrouvent quinze ans plus tard, le temps d’une soirée. Ils pensaient ne partager qu’un repas, mais l’un d’entre eux leur propose un jeu très particulier. Bienvenue dans un huis clos sensuel où les frontières les plus intimes vont se brouiller, où les secrets les mieux gardés vont sortir au grand jour, où la séduction, la jalousie et la manipulation seront autant d’armes pour gagner cette partie et dévoiler les véritables intentions du maître du jeu.

La notion de partie prenante est née d’une exigence éthique nouvelle de la société civile, qui demande que les entreprises rendent compte des conséquences sociales et environnementales de leur activité. C’est dans ce sens que les parties prenantes de la société civile ont des intérêts dans le bon fonctionnement de l’entreprise. Les parties prenantes d’un projet sont selon ISO 21500 les personnes, groupes ou organismes intéressés qui peuvent affecter, être affectés ou se sentir affecté par un quelconque aspect du projet. Les tribunaux peuvent parfois remplir ce rôle en attendant de trancher un litige de propriété ou en désignant, lorsque des biens sont légués à un enfant, un administrateur dans l’attente de sa majorité. En France, la comparaison la plus évidente est le notaire ou l’huissier de justice.

Par exemple, dans un projet de réhabilitation immobilier dont les immeubles sont habités durant les travaux, les  parties prenantes  sont les résidents et les voisins subissant des nuisances, l’équipe de gestion du projet, le propriétaire terrien, les financeurs, l’architecte et les constructeurs. Il peut avoir un ou des groupements d’actionnaires, de propriétaires voisins, de banques d’investissement, etc. Dans ce contexte, le groupement est un synonyme de  partie prenante . Dans cette optique l’entreprise est considérée comme un  nœud de contrats , plus ou moins formalisés, entre ces divers agents économiques.

Cette approche suppose que l’entreprise satisfasse un certain équilibre entre les intérêts respectifs de ces diverses parties. La satisfaction des intérêts des parties prenantes passe par une analyse approfondie des usages des informations dans les métiers de l’entreprise, lors des échanges avec les parties prenantes, ce qui doit faire l’objet d’un processus de veille et d’intelligence économique ! Article détaillé : Responsabilité sociale des entreprises. Ce type de responsabilité est parfois appelé responsabilité sociale des entreprises. La responsabilité sociale d’entreprise est en fait l’application des principes de développement durable à l’entreprise. 2003 une politique d’intelligence économique, qui met l’accent sur les questions de veille plus que de communication. Des cabinets d’avocats d’affaires peuvent assister les entreprises sur les questions juridiques, lors de la négociation de grands contrats.