Pastilla (Recettes marocaines t. 1) PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? La cuisine marocaine pastilla (Recettes marocaines t. 1) PDF une cuisine méditerranéenne caractérisée par sa variété de plats issus principalement de la cuisine berbère, avec des influences arabes et juives. La cuisine marocaine a subi de multiples influences : berbère, arabo-andalouse et juive.


La pastilla est réputée être le plat summum de la cuisine marocaine. Elle est délicieuse et très riche. Ses composants doux et opposés ( salé et sucré) font d’elle un plat de cérémonies et de festivités.
La pastilla est aussi réputée être difficile à préparer. Notre ebook « la pastilla » va vous démontrer le contraire. Il va vous prendre par la main et vous montrer par des images comment réussir à préparer la pastilla: étape par étape.
Apprendre à préparer la pastilla a toujours été une fierté pour les marocains. Vous allez éprouver le même sentiment vous aussi. Vous allez vous réjouir des parfums qui se dégageront lors de sa cuisson lesquels seront le symbole de votre raffinement.
L’ebook est un guide pratique qui utilise le pouvoir de l’image et des liens dynamiques. Ces derniers, offriront des images en couleurs pour ceux qui ont des Kindles en noir et blanc.
Le mode d’emploi décrit dans cet ebook est valable pour toute la volaille (pigeon, caille, pintade….). Alors, variez vos pastillas et régalez-vous!

Un autre met typique du Maroc est réalisé avec les têtes de moutons, qui sont roties et bien nettoyées avant d’être cuisinées en mijoté. Le résultat est une viande extrêmement tendre et fondante, délicieusement parfumée avec un subtil arrière goût de fumée. Pour chaque recette, il existe plusieurs variantes et appellations suivant les régions. Les épices jouent un rôle prépondérant dans la cuisine marocaine. L’oignon est très utilisé surtout dans la préparation des tajines.

La cuisine marocaine est riche en pâtisseries préparées souvent à base d’amandes et de miel. Les pâtisseries sont servies lors des cérémonies comme les mariages, les circoncisions, mais également le ramadan ou encore lorsque l’on reçoit des invités. La cuisine marocaine reflète l’histoire du pays et les différentes populations qui s’y sont installées. Le tajine et la harira viennent des Berbères, ceux-ci ont apporté les dattes, le lait, les céréales, le pain, l’huile d’olive, les amandes, les fruits et les herbes.

Mais les deux grandes influences qu’a connues la cuisine marocaine restent en fait l’influence arabe et andalouse. Arabe en ce qui concerne les M’qalla, M’hammar et M’Aammar, et andalouse pour ce qui est M’jammar et pour tout le reste. Au Maroc, la cuisine est exclusivement le domaine des femmes, excepté pour la préparation du méchoui, des brochettes et de la tanjia, préparés essentiellement par des hommes. Les femmes reproduisent les gestes de leurs mères et de leurs grands-mères.

Le premier rituel du repas est de se laver les mains, puis on prononce Bismillah ! Les repas commencent souvent par des salades crues ou cuites, ou encore des purées froides de légumes : briouates, feggou, mhencha salée et autres pastillas. Les plus connus sont le tajine et le couscous, dont les recettes sont multiples et variées, mariant à l’infini les saveurs  sucré-salé , les mélanges d’épices et d’herbes comme la cannelle, le safran, le gingembre ou encore le méchoui, préparé à l’occasion des grandes fêtes. Mélanges raffinés d’amandes, d’eau de fleur d’oranger, de miel et de cannelle, les douceurs orientales sont souvent servies aux visiteurs avec un verre de thé à la menthe. Le Maroc se hisse au top des destinations gastronomiques sur lefigaro. La diète méditerranéenne se caractérise par un modèle nutritionnel qui est demeuré constant dans le temps et l’espace et dont les principaux ingrédients sont l’huile d’olive, les céréales, les fruits et légumes frais ou séchés, une proportion limitée de poisson, produits laitiers et viande, et de nombreux condiments et épices, le tout accompagné de vin ou d’infusions, toujours dans le respect des croyances de chaque communauté.