Perigord 100 lieux pour les curieux PDF

Perigord 100 lieux pour les curieux PDF Gabin en voiture le poursuivant. Le Tatoué est un film comique franco-italien réalisé par Denys de La Patellière, sorti en 1968.


Maurice Jacquin, qui mise sur l’énorme popularité des deux acteurs pour s’assurer un triomphe certain au box-office. L’écriture du scénario est confiée à l’écrivain Alphonse Boudard qui abandonne rapidement le projet, faute d’aboutir à un scénario convenable. Le dialoguiste Pascal Jardin intervient pour tenter de terminer le scénario à temps. Legrain se trouve être en réalité un comte et châtelain désargenté. Malgré des critiques plutôt négatives, Le Tatoué est le succès de la rentrée 1968 avec plus de 3,2 millions d’entrées et se classe ainsi à la huitième place des films sortis cette année-là. Le tatouage tant convoité de Legrain réalisé par Modigliani ressemble fortement à l’un des portraits de Beatrice Hastings, peint par le célèbre artiste en 1915. De retour chez lui, Félicien Mézeray, persuadé qu’il arrivera à ses fins, aborde déjà la vente de l’œuvre avec deux acheteurs américains, Smith et Larsen, sans avoir encore convaincu le récalcitrant légionnaire.

Avant même de parler du prix de vente du tatouage, il parvient à leur vendre pour 180 millions un lot de peintures sans intérêt dont il veut se débarrasser, en menaçant de céder le Modigliani à un de leurs concurrents. Bien qu’il n’ait toujours pas l’accord de Legrain, Mézeray revoit plus tard chez lui Smith et Larsen pour négocier la vente de l’œuvre, en présence de son exubérante épouse. Le jour suivant, dans le pavillon de Legrain, Mézeray fait face à l’intraitable légionnaire, qui refuse des propositions allant jusqu’à cinquante millions pour son tatouage. Legrain lui dit pas être intéressé par l’argent, ne subsistant convenablement qu’avec sa retraite de légionnaire, et lui explique avoir même une propriété à la campagne. Le lendemain, Legrain et Mézeray arrivent aux abords d’un château médiéval en ruines. Au départ ravi d’avoir fait le détour pour voir ces vestiges, et pressé d’enfin arriver à la maison de campagne de Legrain, le marchand d’art déchante rapidement lorsque Legrain lui déclare que cette ruine est la propriété en question. Acculé, ayant signé pour la rénovation de la  maison de campagne  et devant impérativement signer le contrat pour le tatouage, Mézeray se précipite au village de Montignac pour trouver un entrepreneur qui lancera sur le champ les travaux.