Philosophie du pouvoir: Philosophie et spiritualite PDF

Situation des concepts philosophiques dans les champs du savoir. Articles détaillés : Concepts logiques, Logique et Théorie de philosophie du pouvoir: Philosophie et spiritualite PDF connaissance. Articles détaillés : Concepts esthétiques et Esthétique.


-Nouvelle édition- Ce livre rassemble toute une série de leçons sur la philosophie politique. Une approche, claire, directe des enjeux que le citoyen d’aujourd’hui doit connaître. Des éléments de culture indispensables distribués dans les chapitres suivants: Le pouvoir ou les pouvoirs: comprendre la complexité concrète des jeux de pouvoir. pouvoir et le droit, pourquoi nous vivons avec une idée de contrat social. La société face à l’Etat; l’oeuvre de Pierre Clastres, société primitive et Etat. La société, la nation l’État: comment distinguer ces notions? Pourquoi la démocratie? Une première approche de notre modèle politique. Le pouvoir et l’opinion publique: réflexion sur la manipulation. Le pouvoir et les puissances de l’argent: un examen détaillé des compromissions du pouvoir. La démocratie directe: nouvelles perspectives. Sur le gouvernement représentatif.Le travail de Bernard Manin.

Articles détaillés : Politique et Philosophie politique. Jacqueline Russ, Panorama des idées philosophiques, Armand Colin, 2000. André Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, Presses Universitaires de France, première édition 1902-1923, 12ème éditions 1976. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 25 septembre 2018 à 22:57.

Si toute religion est fondée dans une spiritualité, toute spiritualité n’est donc pas une religion. C’est une racine possible du mot religion. Aujourd’hui, dans les études francophones c’est l’étymologie relegere qui est considérée comme généralement admise, tandis que dans les études anglophones c’est plutôt celle de religare. Après avoir supplanté les spiritualités plus ou moins structurées du paganisme ou de l’animisme, les spiritualités juive, bouddhique, chrétienne, musulmane, se sont développées sans véritable concurrence pendant de nombreux siècles, jusqu’au siècle des Lumières.

Certaines sont contemplatives, d’autres plus pratiques. Le choix des activités et l’importance relative donnée à chacune permettent d’approcher la  spiritualité  qui diffère à chaque courant spirituel. La spiritualité n’est pas limitée à une démarche conceptuelle ou dogmatique. La spiritualité, en tant qu’expression d’une aspiration aussi ancienne que l’humanité, existait avant les institutions religieuses. New Age, l’adoption par l’Occident des pratiques orientales, souvent dissociées de la religion qui les contenait, et les psycho-spiritualités.

Le philosophe Vladimir Jankélévitch tentait d’approcher ainsi, à la suite de Bergson, au plus près de ce qu’il percevait comme les fondamentaux d’une spiritualité humaine, ou d’une  philosophie première , proche de la conception bouddhiste. Le bouddhisme exprimait en effet, à son émergence, le besoin d’une régénération de la spiritualité hors des dogmes du védisme dominant en Inde. La philosophie est une approche qui repose, en principe, sur la raison. La spiritualité est fondée sur la notion plus évasive et aléatoire de l’ expérience intérieure  ou de la croyance. Dans les pays occidentaux, quelques psychanalystes en vinrent à penser que certaines pathologies pourraient ne pas trouver de résolution par l’analyse seule. Ainsi, dans les années 1960, les travaux de Jung avec la collaboration d’Abraham Maslow, d’Assagioli entre autres, en collaboration avec des scientifiques et des moines bouddhistes, ont donné naissance à la psychologie transpersonnelle. Le New Age, syncrétique, éclectique, a contribué à brouiller les signes religieux traditionnels en développant une spiritualité sans frontière ni contours bien définis.