Printemps inuit, naissance du Nunavut PDF

Description de l’image Qamutik 1 1999-04-01. Les Inuits sont un groupe de peuples autochtones partageant printemps inuit, naissance du Nunavut PDF similarités culturelles et une origine ethnique commune vivant dans les régions arctiques de l’Amérique du Nord. Bien que le Conseil circumpolaire inuit regroupe également les Yupiks de l’Alaska et de la Sibérie, ceux-ci ne sont pas des Inuits dans le sens d’une descendance thuléenne.


Une réflexion sur la création du Nunavut, au sein de la fédération canadienne, le 1er avril 1999, un Etat dans l’Etat dévolu aux Inuit. « Copyright Electre »

Il ne faut pas non plus confondre les Inuits avec les Innus qui sont un peuple amérindien vivant dans la forêt boréale canadienne du Nord-Est du Québec et du Labrador. Historiquement, les Inuits étaient un peuple de chasseurs nomades. De nos jours, si la plupart des Inuits sont devenus sédentaires, une grande partie vit encore de la chasse et de la pêche. Plusieurs questions politiques se posent au sujet des Inuits, principalement des revendications territoriales. Au Canada, ils sont représentés par l’Inuit Tapiriit Kanatami. Puisque ce sont les deux langues inuites les plus parlées, c’est le terme qui a été retenu. Ce terme ne désigne pas exclusivement l’ethnie inuite puisqu’il inclut également un autre peuple autochtone vivant dans l’Arctique : les Yupiks.

Les Inuits de l’Alaska sont appelés Iñupiat. Iñupiat et les Yupiks puisque ces derniers n’appartiennent pas à l’ethnie inuite. Canada où ce dernier peut même être considéré comme péjoratif. Au Groenland, les Inuits se désignent comme Groenlandais ou Kalaallit en groenlandais. Le détroit de Béring et les îles Diomède. 6 000 ans qui ont suivi, au moment où le détroit de Béring était envahi par la banquise, des petits groupes de chasseurs arrivent en Alaska.

L’origine des peuples anciens peut être retracée par l’étude des langues utilisées par ces derniers et par les caractéristiques physiques des populations concernées. Tous les groupes d’Inuits nord-américains ont des langues apparentées. Il semble que plusieurs nappes de peuplement venues d’Asie se soient succédé ou se soient côtoyées en Amérique boréale. Saqqaq et de l’Indépendance I, documentés par des vestiges archéologiques dans le Nord du Canada et du Groenland, représentent la plus ancienne expansion humaine dans l’extrême Nord du Nouveau Monde. D’après les dates d’ancienneté analogues des sites de la Tradition des outils microlithiques, allant de l’Alaska au Groenland, il est supposé que les Paléoesquimaux anciens ont envahi les territoires polaires avec rapidité. Au départ, ils ont peut-être été attirés par les troupeaux de caribous et, une fois sur place, ils auraient découvert les bœufs musqués et les phoques des côtes arctiques.

Les outils de pierre retrouvés dans les campements de la Tradition microlithique de l’Arctique sont des produits de facture complètement différentes des traditions antérieures de l’Alaska mais très similaires à ceux des Néolithiques de Sibérie. Tout cet outillage était extrêmement petit. Article détaillé : Culture de l’Indépendance I. Eigel Knuth, en 1948, découvre les restes de la population la plus septentrionale du globe qui vivait dans la région la plus isolée et désolée de tout l’Arctique. Indépendance I ne chassaient que très peu le caribou. Les campements sont formés de une à quatre tentes familiales, munies d’un foyer ouvert au centre avec des espaces de couchage de chaque côté. Chaque tente pouvant abriter quatre à six personnes, un village regroupait donc vingt à trente résidents.