Revue d’ études comparatives Est – Ouest 2002 – vol. 33 – numéro 4 PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Cheval brun-rouge aux crins noirs et au revue d’ études comparatives Est – Ouest 2002 – vol. 33 – numéro 4 PDF des jambes de la même couleur, vu de profil, et monté par une cavalière.


Selon Marc-André Wagner, le nom de  Bayard  est issu d’un mot latin pour désigner la robe baie du cheval, d’un brun proche du rouge, comme chez celui-ci. Bien que le nom le plus couramment rencontré soit  Bayard , la forme  Bayart , plus ancienne, semble également plus exacte. Le  d  final apparaît au fil des adaptations du texte. L’usage du nom commun s’est perdu au fil du temps et  lorsque, familièrement, un paysan dit  bayard  pour un cheval, c’est au cheval légendaire qu’il pense et non plus à bai l’adjectif de couleur dont, dans les dialectes, bayard est dérivé ! Quelques confusions existent entre le Bayard de la légende des Quatre Fils Aymon et d’autres chevaux du folklore populaire, probablement à cause du nom commun pour le cheval bai.

Il est connu grâce aux nombreux textes qui les retranscrivent. Le cheval Bayard y tient une fonction adjuvante et appartient à Renaud. Gravure montrant la fuite des quatre fils Aymon sur Bayard depuis Paris, extraite d’un incunable lyonnais. La fuite des quatre fils Aymon sur Bayard depuis Paris, d’après un incunable lyonnais.

Le cheval joue toujours un rôle presque aussi important que son cavalier. L’attachement de Renaud pour son cheval est plus d’une fois mis en avant dans la chanson, à travers des phrases comme  Hé Baiart bons chevaux que ne savés parler ? Aymon de Dordonne vient à Paris un jour de Pentecôte pour présenter ses quatre fils, Renaud, Aalard, Guichard et Richard, à son suzerain Charlemagne. Mais Renaud se querelle aux échecs avec un neveu du roi, Bertolai, et le tue sur un coup de colère. Manuscrit médiéval en couleur de Loyset Liédet montrant l’arrivée des quatre fils Aymon à Dordonne, montés sur le cheval Bayard, après leur exil dans la forêt. L’arrivée des quatre fils Aymon à Dordonne, montés sur le cheval Bayard, après leur exil dans la forêt. Tous les quatre se réfugient dans les Ardennes, leur pays natal, grâce au cheval Bayard qui franchit des vallées d’un seul bond et galope plus vite qu’aucun autre.