Somnambule désordonné ? journal du traitement magnétique du jeune Hébert PDF

Le médecin allemand Franz-Anton Mesmer, qui postulait l’existence d’un fluide magnétique universel dont on pouvait faire une utilisation thérapeutique, introduisit l’expression magnétisme animal en 1773. Véritable phénomène de société, le magnétisme animal a fait l’objet de somnambule désordonné ? journal du traitement magnétique du jeune Hébert PDF polémiques, notamment en France, avec la Faculté de Médecine qui a condamné cette pratique pour les médecins dès 1784. D’autres encore expliquent les phénomènes magnétiques par un contact privilégié avec des  esprits .


Paracelse, pratique la médecine à distance dont il attribue les effets à l’ onguent de sympathie . Le jésuite allemand Athanasius Kircher, connu pour ses expériences sur des animaux, considère lui aussi que le magnétisme intervient comme un principe explicatif de tous les phénomènes naturels. Ce n’est qu’à partir de 1773, à la suite d’une polémique avec le père jésuite Maximilian Hell à propos de l’utilisation thérapeutique de plaques aimantées inventées par ce dernier, que Mesmer commence à utiliser le terme de  magnétisme animal  qu’il distingue du fluide magnétique minéral. En 1775, le prince-électeur Maximilien III Joseph de Bavière nomme une commission pour enquêter sur les exorcismes du père Johann Joseph Gassner. Cette commission invite Mesmer à Munich. Selon cette perspective, on peut considérer la relation entre le magnétiseur et le magnétisé comme la sécularisation de la relation qui existait entre l’exorciste et le possédé.

En 1777 Mesmer quitte Vienne, à la suite d’un échec thérapeutique avec la célèbre pianiste aveugle Maria Theresia von Paradis et en raison de la réaction hostile de ses confrères médecins qui le considèrent comme un charlatan. Académie des sciences, la Société royale de médecine et la Faculté de médecine de l’université de Paris. Mémoire sur la découverte du magnétisme animal en 1779 avec le soutien de son premier converti important, le médecin Charles Deslon. Grâce à des techniques, ce fluide est susceptible d’être canalisé, emmagasiné et transmis à d’autres personnes, provoquant des  crises  chez les malades pour les guérir. Le magnétisme animal est aussi pour Mesmer une théorie unitaire permettant de décrire l’intrication de l’homme et de l’univers.

Marquis de La Fayette, le juriste Nicolas Bergasse et le banquier Guillaume Kornmann. Le gouvernement lui offre une pension à vie de 20 000 livres et une autre de 10 000 livres pour ouvrir une clinique s’il veut accepter la surveillance du gouvernement. Mesmer refuse l’offre car elle ne lui paraît pas assez généreuse et parce qu’il refuse d’être jugé par ses élèves. En 1782, apprenant que Charles Deslon s’est lui-même constitué une clientèle de magnétisme animal, Mesmer ouvre, avec l’aide de Bergasse et Kornmann, une souscription permettant d’acheter le  secret de Mesmer . Pour cela, ils créent la Société de l’Harmonie Universelle, qui se révèle être un énorme succès financier. En juin 1785, Mesmer s’installe somptueusement à l’hôtel de Coigny, rue du Coq-Héron et possède 343 764 livres selon le trésorier de la société. Les mesmériens proprement dits, qui expliquent les modifications physiologiques et psychiques suscitées par la magnétisation en mettant l’accent sur la circulation du fluide.

Leur conception dominante, résolument physicaliste et matérialiste, est proche de celles de médecins qui, tel Désiré Pététin, préfèrent parler d’ électricité vitale . Les psychofluidistes, qui considèrent la volonté comme l’agent véritable de l’action magnétique mais gardent l’hypothèse d’un fluide comme vecteur de cette volonté. Les théoriciens de ce courant, qui se réclament de la raison, estiment que le somnambulisme dévoile les puissances latentes de l’âme. Les uns pensent agir sur leurs malades directement par la volonté et la prière, d’autres considèrent que lors de leurs transes, les magnétisés entrent en contact avec des anges, des esprits. Après la Restauration émerge le courant de ceux que l’on a appelé les imaginationnistes, pour qui ni la volonté du magnétiseur, ni un quelconque fluide n’interviennent.