Un anthropologue en déroute PDF

Successivement soldat dans l’armée des Bourbons, déserteur, partisan garibaldien, puis légitimiste, il finit par agir pour son propre compte, se distinguant des autres brigands de son époque par l’utilisation d’une véritable tactique militaire et par sa maîtrise un anthropologue en déroute PDF techniques de guérilla. Arrêté en 1864 alors qu’il cherchait refuge dans les États pontificaux, il fut traduit en 1870 devant un tribunal italien, condamné à mort, puis à la réclusion à perpétuité. Il reste, encore aujourd’hui, un personnage controversé.


Pourquoi diable Nigel Barley s’est-il mis un jour en tête de devenir anthropologue ? Pour sa thèse il avait choisi les Anglo-Saxons mais, tout plan de carrière impliquant une étude de terrain, c’est finalement une modeste tribu montagnarde du Nord-Cameroun, les Dowayo, qui lui échoit. Une sinécure ? Si l’on veut… Non que les Dowayo se montrent hostiles, mais insaisissables plutôt, et imprévisibles. Barley se voit transformé tour à tour en infirmier, banquier, chauffeur de taxi, exploité jusqu’à l’os par une tribu hilare. Il finira par comprendre que l’objet d’observation, en fait, c’est lui.

Carmine Crocco naît à Rionero in Vulture, une cité de 10 000 âmes appartenant alors au Royaume des Deux-Siciles. Le père de Carmine, Francesco, est un berger au service de Don Nicola Santangelo, membre d’une noble famille de la province de Venosa. On connait l’enfance de Carmine grâce aux mémoires qu’il a rédigés. Il grandit en écoutant les récits de son oncle Martino, ancien sergent-major de l’artillerie napoléonienne qui a perdu une jambe au siège de Saragosse. Une matinée d’avril 1836, un lévrier entre dans la maison des Crocco et y tue un lapin. Un des frères de Carmine, Donato, assomme le chien à coups de gourdin.

Mal lui en prend : l’animal appartient à don Vincenzo, un gentilhomme des environs. Trouvant le cadavre de son chien à proximité de la maison des Crocco, Don Vincenzo rosse le jeune Donato, auquel il administre le fouet. En tentant de protéger son fils, la mère, enceinte de cinq mois, reçoit au ventre un violent coup de pied qui la fera avorter et l’obligera à garder le lit pendant une longue période. La mère sombre alors dans la dépression.

Devenue folle, elle est internée dans un asile d’aliénés. Les biens de la famille sont vendus et dispersés. Le jeune Crocco et son frère Donato partent travailler comme bergers dans les Pouilles, revenant à intervalles dans leur ville natale pour y constater la dégradation de l’état de santé de leur mère, qui meurt peu de temps après avoir été internée. En 1845, alors âgé de quinze ans, Carmine sauve la vie d’un noble local, don Giovanni Aquilecchia di Atella, au moment où celui-ci tente imprudemment de traverser le cours de l’Ofanto en crue.