Une bible noire : Cosmogonie bantu PDF

Cet article est une ébauche concernant la linguistique, l’anthropologie et l’Afrique. Les groupes bantous ont des structures sociales et politiques différentes, une bible noire : Cosmogonie bantu PDF seule caractéristique commune est linguistique avec l’utilisation d’un système de classes et non de genres. L’histoire des locuteurs des langues bantoues a fait l’objet de nombreuses théories.


Johnston évoque des migrations parties des grands lacs avec un foyer originel vers le Cameroun. Aujourd’hui, on parle plutôt de  micro-migrations , qui n’empêchent pas les continuités culturelles en particulier dans la culture matérielle. Ils commencent à étendre leur territoire vers la forêt équatoriale d’Afrique centrale entre 2000 et 1000 ans av. Cette présentation est inspirée de Chrétien 2000, p. Le peuplement des Grassfields : recherche archéologique dans l’ouest du Cameroun , Afrika Focus, vol. Warnier,  Peuplement et paysages des Grassfields du Cameroun , dans P.

Schwartz, Paysages quaternaires de l’Afrique centrale atlantique, ORSTOM, coll. Sida et sexualité en Afrique, Bruxelles, Editions EPO, 2000, 479 p. What Can Ethnography Tell Us about Human Social Evolution? Allen, Hilary Callan, Robin Dunbar et Wendy James, Early Human Kinship: From Sex to Social Reproduction, 2011, p. Les Bantous, de la philologie allemande à l’authenticité africaine , Vingtième Siècle.

Jean-Pierre Chrétien, L’Afrique des grands lacs. Deux mille ans d’histoire, Paris, Aubier, rééd. Une bible noire : Cosmogonie bantu, Paris, Les Deux Océans, 2002, 2e éd. La civilisation bantou, son essor et son déclin , Annales. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 4 décembre 2018 à 12:49.

Cet article est une ébauche concernant la linguistique, l’anthropologie et l’Afrique. Les groupes bantous ont des structures sociales et politiques différentes, leur seule caractéristique commune est linguistique avec l’utilisation d’un système de classes et non de genres. L’histoire des locuteurs des langues bantoues a fait l’objet de nombreuses théories. Johnston évoque des migrations parties des grands lacs avec un foyer originel vers le Cameroun. Aujourd’hui, on parle plutôt de  micro-migrations , qui n’empêchent pas les continuités culturelles en particulier dans la culture matérielle.