Zones grises : Quand les Etats perdent le contrôle PDF

L’eutrophisation des milieux aquatiques est un déséquilibre du milieu provoqué par l’augmentation de la concentration zones grises : Quand les Etats perdent le contrôle PDF’azote et de phosphore dans le milieu. Les algues qui se développent grâce à ces substances nutritives absorbent de grandes quantités d’oxygène, lorsqu’elles meurent et se décomposent. Dans les cas extrêmes, on parle de dystrophisation. Elle pose aussi des problèmes de santé environnementale.


Elles se répandent partout des sur la planète, déstabilisent et bousculent les forces en présence, cristallisent des défauts d’intégration sociale et réveillent les tambours de la guerre. On les appelle « zones grises ». Espaces dérégulés zones de non-droit ou contrôlées par les mafias, territoires à l’abandon ou dont les pouvoirs publics ont démissionné, les zones grises sont situées quelque part à la lisière du légal et de l’illégal, du palpable et de l’imaginaire, de l’immédiat et du lointain. Qu’elles portent les germes de la guerre, ou qu’elles revendiquent la légalité et la légitimité, les zones grises semblent annoncer le chaos. Pourtant elles interrogent aussi, à juste titre, notre conception de l’Etat, les critères de l’autorité légitime et le système international tel qu’il est organisé. Les Etats seraient-ils responsables de leur prolifération ? Autant de problématiques abordées dans ce livre qui, pour la première fois, croise une réflexion approfondie sur la notion même de zone grise et des analyses de cas concrets et contemporains, depuis la zone contemporains, depuis la zone contrôlée par les FARC en Colombie jusqu’à nos banlieues françaises.

Le processus inverse se ne nomme l’oligotrophisation. En France et en Europe, la mise en place de zones-tampons est obligatoire le long des cours d’eau et des lacs. Les efflorescences algales sont détectables par satellite. Ce milieu déséquilibré est dit dystrophe et peut devenir hypertrophe. Les nitrates étant très solubles dans l’eau, les zones humides sont les milieux où l’eutrophisation est la plus directement et manifestement visibles : Par exemple, en grande quantité, Spirodela polyrhiza et Lemna minor sont des indicateurs d’eutrophisation. La notion d’eutrophisation décrit aussi les  réponses  de l’écosystème et du milieu concernés à l’apport de nutriments  supplémentaires . On distingue généralement l’eutrophisation des sols et l’eutrophisation des milieux aquatiques, mais l’eau et les sols sont en interactions constantes du point de vue des échanges de nutriments et du cycle biogéochimique des nutriments.

Les végétaux et les bactéries jouent un rôle majeur dans ces cycles. The potential storage of carbon caused by eutrophication of the biosphere. Une centaine de zones mortes sont apparues en mer, en aval des estuaires. La plus grande mesure plus de 20 000 km2, en aval du Mississippi.

Tout sols vivant et fonctionnels contient au moins un peu d’eau. Europe et dans tous les pays riches. Les phénomènes d’eutrophisation ont été observés dès le début du XXe siècle, principalement dans les zones urbaines et industrielles de l’hémisphère nord. Entre les années 1970 et 1990, l’action publique dans ces pays s’est concentrée sur le traitement des pollutions industrielles et domestiques, avec des effets positifs observés par exemple sur le lac Léman ou le lac Erié . Dans les années 1950 à 1970, les Grands Lacs d’Amérique du Nord étaient devenus les déversoirs naturels d’égouts des villes riveraines et de l’amont et du ruissellement agricole des bassins environnant.

Le lac Erié, l’un des Grands Lacs laurentiens, était qualifié dans les années 1950 de « Dead Sea of North America ». Suite à un ambitieux programme de réduction de phosphore, son état s’est amélioré progressivement dans les années 1990. The effects of precipitation on aquatic and terrestrial ecosystems: a proposed precipitation chemistry network. Par forte chaleur, un voile d’algues et de bactéries peut couvrir l’eau stagnante et piéger les bulles de gaz. Ce type de bloom ne dure généralement pas plus de deux semaines. Les effets d’un enrichissement en nutriments sont plus ou moins visibles et graves selon le milieu qu’elle affecte.